La consommation de glucides influence-t-elle l'obésité ?

01 mars, 2020
Les glucides peuvent conduire à une augmentation des probabilités de souffrir d'obésité. Dans cet article, nous vous expliquons pourquoi.
 

L’obésité est une maladie endémique de ce siècle. Bien que dans certains cas les conditions soient génétiques ou hormonales, la plupart des processus d’obésité sont conditionnés par de mauvaises habitudes alimentaires. Quelle est par exemple l’influence des glucides sur l’obésité ?

Au cours des siècles précédents, la consommation de graisses était liée à la probabilité de souffrir d’obésité. De nos jours, on a tiré un trait sur cette éventuelle association.

En effet, actuellement, ce sont les glucides les principaux suspects d’une relation avec l’obésité. Pour cette raison, les régimes cétogènes et les jeûnes intermittents sont de plus en plus populaires.

L’effet rassasiant des glucides

Contrairement aux protéines et aux graisses, la capacité rassasiante des glucides est généralement faible. Cette sensation est plus importante dans le cas des glucides complexes à faible indice glycémique, en raison de l’apport de fibres.

Cependant, lorsque nous parlons de farines raffinées ou de sucres simples, les choses s’aggravent. Non seulement, ces produits n’ont pas la capacité d’induire la satiété, mais en plus ils entraînent l’apparition d’une hypoglycémie réactive postérieure à leur ingestion. Ce qui favorise une plus grande consommation d’aliments riches en sucre.

Ainsi, on entre dans une spirale d’aliments transformés qui conduit à une augmentation notable des calories ingérées pendant la journée. Toutefois, certaines études récentes commencent à jeter le doute sur ce modèle. Bien qu’il n’existe pas encore assez de preuves pour affirmer le contraire.

 

Glucides et obésité : le pain comme accompagnement

Une autre habitude peu saine en termes de maintien du poids corporel est le fait d’accompagner les repas avec du pain. Cette ingestion supplémentaire de glucides augmente l’apport calorique journalier.

Par ailleurs, les personnes ne sont souvent pas conscientes de la quantité de pain qu’elles consomment, ce qui encourage la surconsommation. En outre, le pain est généralement un aliment de qualité douteuse.

Bien qu’il ait été la base de l’alimentation dans le passé, actuellement il se compose principalement de farine trop raffinée. Cet ingrédient a le pouvoir de déclencher la production de sucre dans le sang ainsi que l’insulineCe qui entraîne un stress pour le pancréas.

Le fonctionnement des régimes cétogènes

Malgré l’influence des glucides dans l’obésité et la composition corporelle, les régimes cétogènes ne sont pas beaucoup plus efficaces pour perdre du poids que les régimes hypocaloriques riches en glucides.

En effet, la prise ou la perte de poids est réduite à un calcul mathématique des calories ingérées moins les calories dépensées. Par conséquent, si nous parlons dans les deux situations de régimes ayant un équilibre calorique similaire, la perte de poids le sera également.

 

Cependant, l’adhésion au régime cétogène peut être plus importante car l’appétit, dans ce type de situations, est diminué par l’effet rassasiant des protéines et des graisses. De plus, les éventuelles hypoglycémies réactives résultant de l’ingestion de glucides sont moindres.

Néanmoins, ce type de régime soulève un problème fondamental : la faible consommation de fibresPour résoudre cela, la meilleure alternative est généralement de se complémenter en prébiotiques. L’introduction d’une grande quantités de légumes est également une option intéressante pour prévenir les problèmes de transit intestinal.

Le besoin en glucides chez les sportifs

Dans le cas des sportifs, les choses changent. Certains athlètes qui s’entraînent dans des disciplines de type anaérobique ont besoin d’un apport en glucides constant. D’autre part, il est intéressant d’alterner les glucides complexes et simples, en fonction du moment de la journée et de la période compétitive ou de la charge d’entraînement.

Pour les athlètes des disciplines aérobiques, il peut être approprié de diminuer l’ingestion de ce macronutriment afin d’améliorer la reproduction mitochondriale et l’efficacité de l’oxydation lipidique.

 

Glucides et obésité : conclusion

La consommation de glucides est associée à l’obésité car elle entraîne une augmentation des calories dans le régime alimentaire, et bien souvent, de l’appétit. Par ailleurs, ils présentent une faible capacité de satiété, à l’exception des céréales complètes riches en fibres. Ils encouragent donc l’ingestion d’une quantité plus importante que nécessaire de ce type d’aliments.

En outre, la consommation de ce macronutriment en grande quantité entraîne un stress pancréatique ainsi qu’une augmentation de la production d’insuline. Cela apporte peu souvent des bienfaits, à moins que la personne soit un sportif de haute intensité.

Par conséquent, le plus adapté est de réduire l’ingestion de glucides. Et de choisir ceux qui sont moins raffinés et transformés. Tout cela doit se faire dans le cadre d’un régime alimentaire normo-calorique.

 
  1. Meldrum DR., Morris MA., Gambone JC., Obesity pandemic: causes, consequences, and solutions but do we have the Will?. Fértil Steril, 2017. 107 (4): 833-839.
  2. Hall KD., A review of the carbohydrate-insulin model of obesity. Eur J Clin Nutr, 2017. 71 (3): 323-326.