Formule de Harris et Benedict : en quoi consiste-t-elle ?

28 septembre, 2020
Bien qu'il soit plus important de connaître la provenance des aliments et d'inculquer des habitudes diététiques saines que de compter soi-même les calories, la formule de Harris et Benedict peut fournir des informations importantes.

La formule de Harris et Benedict sert à évaluer le taux métabolique de base d’un individu en fonction de son poids, de sa taille et de son âge. Le résultat se multiplie par un certain nombre de facteurs liés au degré d’activité physique.

Ainsi, il est possible d’estimer les calories journalières consommées par un individu puis de planifier un régime alimentaire en accord avec ses objectifs.

L’équation de Harris et Benedict

Selon un article publié dans la revue American Journal of Critical Care, la formule de Harris et Benedict correspond à la formule mathématique suivante :

  • Pour les hommes :

TMB (Taux Métabolique Basal)= (10 *poids en kilogrammes) + (6,25 * la hauteur en centimètres) – (5 * l’âge en année) + 5

  • Pour les femmes :

TMB= (10 * le poids en kilogrammes) + (6,25 * la hauteur en centimètres) – (5 * l’âge en année) – 161

Nous obtenons ainsi le nombre de calories que l’individu dépense par le simple fait d’être en vie. Même en état de repos complet. Pour calculer la dépense énergétique quotidienne d’une personne, il serait nécessaire de quantifier son activité physique puis d’ajouter cette dépense au résultat de la formule de Harris et Benedict.

Toutefois, il faut souligner que ces méthodes indirectes sont indicatives. Malheureusement, il n’existe pas de mode opérationnel pour connaître précisément les dépenses métaboliques d’un individu. Nous devons donc être guidés par des équations qui nous offrent une approximation, avec une certaine marge d’erreur.

Une femme qui se pèse sur une balance.

L’utilité de l’équation

Cette formule est utilisée depuis de nombreuses années dans l’élaboration de directives diététiques. Il s’agissait alors de réaliser une approximation des dépenses de l’individu afin de mettre en place un régime diététique en fonction de ses besoins énergétiques.

Cependant, cette équation est actuellement plutôt désuète. En effet, il s’agit d’une méthode avec une marge d’erreur assez large. D’autre part, les régimes amincissants actuels se basent sur les habitudes alimentaires et non sur le calcul des calories.

Ainsi, l’inclusion d’un modèle tel que le jeûne intermittent implique une restriction calorique qui entraînera une perte de poids dans la plupart des cas. Tout cela sans qu’il soit nécessaire d’être mathématiquement précis.

Par ailleurs, soulignons qu’à la marge d’erreur de la formule de Harris et Benedict, s’ajoute l’imprécision de trouver avec exactitude la dépense produite par l’exercice physique.

Les régimes actuels ne comptent pas les calories

De nos jours, l’accent est mis sur les habitudes de vie saines. La réduction de la consommation de sucre, par exemple, a des conséquences positives pour la santé et la diminution du poids corporel.

En effet, une étude publiée en 2016 établit une corrélation positive entre la consommation de sucre et le risque d’obésité. Cependant, cette relation n’est pas si évidente dans le cas des graisses, bien que celles-ci soient beaucoup plus caloriques.

D’autre part, il est possible d’envisager une perte de poids réussie d’un point de vue mathématiques. Néanmoins, il est plus pratique et bénéfique pour la santé d’aborder l’alimentation d’un point de vue de la provenance des calories.

Pour perdre ou prendre du poids, des composantes, autres que les chiffres, sont également importantes. Des facteurs tels que la qualité du microbiote, les pathologies antérieures, l’épigénétique ou l’état métabolique, peuvent avoir une influence positive ou négative sur la perte de poids.

Une femme qui mesure sa taille.

C’est pourquoi il est beaucoup plus efficace d’inculquer des habitudes de vie saines plutôt que de se focaliser sur les chiffres. En outre, l’obsession des régimes alimentaires augmente la prédisposition à souffrir de troubles alimentaires.

A la place de la formule de Harris et Benedict…il vaut mieux bien manger

Pour perdre du poids, il est bien plus efficace de suivre un mode d’alimentation sain que de compter les calories. Ainsi, remplacer la consommation de produits transformés par des produits frais ou mettre en place une activité physique quotidienne sont des stratégies plus efficaces.

D’autre part, les protocoles de jeûnes intermittents donnent souvent de bons résultats. L’étude du microbiote d’un individu ou la qualité de ses rythmes circadiens hormonaux peut faire toute la différence dans la réalisation des objectifs.

Enfin, il existe également quelques compléments qui peuvent aider à améliorer le processus de perte de poids. La caféine, le hmb, la créatine ou la mélatonine sont des aides ergogéniques qui, utilisées sous la surveillance d’un professionnel, peuvent faciliter ce processus.

N’oubliez pas qu’un poids corporel correct est synonyme de santé. Il est donc indispensable de prendre soin de son alimentation et de consulter un spécialiste en cas de doute.

  • Ferreira Picolo M., Fabiane Lago A., Gonçalves Menegueti M., Antonio Nicolini E., et al., Harris Benedict equation and resting energy expenditure estimates in critically III ventilator patients. Am J Crit Care, 2016. 25 (1): 21-9.
  • Stanhope KL., Sugar consumption, metabolic disease and obesity: the state of the controversy. Crit Rev Clin Lab Sci, 2016. 53 (1): 52-67.