Brûleurs de graisse : que savons-nous réellement ?

05 janvier, 2020
Avez-vous déjà vu dans les sections de nutrition sportive des produits connus sous le nom de brûleurs de graisse ? Cet article est pour vous si vous souhaitez en savoir davantage.
 

Les brûleurs de graisse, fat burners en anglais, sont souvent confondus avec d’autres compléments connus comme pre-workoutmais ce n’est pas la même chose. Sont-ils réellement efficaces ?

Définition des brûleurs de graisse

Les brûleurs de graisse sont des compléments commercialisés dans le but de produire une augmentation du métabolisme lipidique, une meilleure consommation d’énergie, une réduction de l’absorption des graisses ainsi qu’une augmentation de l’oxydation des graisses pendant l’exercice.

Ils peuvent contenir un ou plusieurs ingrédients. En fonction de cela, ils auront un mécanisme d’action ou un autre. Par ailleurs, même si le mécanisme d’action fonctionne, deux choses peuvent arriver :

  • L’ingrédient a pu être démontré sur les animaux mais pas testé sur les êtres humains.
  • Lors des études, les effets sont observés à des doses macroscopiques.

Ingrédients des brûleurs de graisse

L-carnitine

Ce support impliqué dans l’oxydation des graisses est l’un des ingrédients les plus controversés. En effet, il est prouvé que sa consommation est associée à la réduction du poids et de la graisse chez les personnes en surpoids ou obèses. Toutefois, il n’existe pas de preuves solides pour l’administrer à la population générale.

Il s’agit d’un ingrédient sûr. Mais on soupçonne que son succès chez les sujets obèses ou en surpoids est dû à leur faible teneur en carnitine, d’où la controverse.

Synéphrine

C’est un composé alcaloïde naturellement présent dans l’orange amère et d’autres agrumes tels que l’orange de Séville ou les mandarines de Nova. Nous le trouvons sous deux formes : la naturelle, connue comme p-synéphrine, est légalisée. Et la forme synthétique -M synéphrine, méthyl-synéphrine ou oxilofrine- est interdite.

 

Acide oméga-6 conjugué ou ALC

Ces composés sont présents dans la viande et le lait de certains ruminants. Les marques prétendent qu’ils augmentent l’oxydation des acides gras. Mais il n’existe pas d’augmentation significative de ce processus connu comme lipolyse. D’autre part, il existe des preuves qu’ils pouvaient altérer les transaminases. Leur innocuité est donc douteuse.

Ventre d'une femme.

Acide alpha-linolénique

Cet acide gras polyinsaturé essentiel de la série oméga 3 est présent dans de nombreuses huiles d’origine végétale. Il est également connu pour son effet anorexigène -inhibiteur de l’appétit- et pour ses bienfaits antioxydants.

Le principal problème de cet ingrédient est l’absence d’études à long terme chez les humains. Bien qu’il soit de plus en plus pris en compte dans les examens systématiques visant à évaluer son innocuité.

Garcinia cambogia

La garcinia cambogia est une plante qui vient d’Inde. Elle est utilisée à tort pour la perte de poids. C’est l’un des composants des brûleurs de graisse les moins recommandés car son effet amaigrissant n’a été observé que chez les souris, et non chez les êtres humains.

 

Ephédrine

Il s’agit de l’une des substances les plus utilisées même si son usage n’est pas légal. Elle a été utilisée comme amphétamine et également sous forme d’ECR (éphédrine combinée avec de la caféine et de l’aspirine). La pseudoéphédrine, un dérivé, possède moins d’effets secondaires, mais elle est quand même dangereuse.

Higénamine

Ce composant est considéré comme dopant depuis 2016 car il augmente la fréquence cardiaque. Néanmoins, il est toujours légal aux Etats-Unis et en Espagne. En effet, il est utilisé comme un remède botanique. Il faut donc faire attention si on le trouve comme ingrédient dans quelconque préparation.

1, 3 diméthyl-adrénaline

Ce complément s’utilisait comme pre-workout, non seulement pour la perte de poids, mais également pour son effet stimulant. Il s’agit d’un composant très dangereux et fortement interdit depuis 2012. Certains dérivés, qui étaient aussi utilisés et qui sont interdits sont : DMHA, le 1,4-DMAA et l’huile de géranium.

Yohimbine

On l’obtient à partir de l’écorce d’un arbre et s’utilisait auparavant comme aphrodisiaque. Son utilisation pour la perte de poids n’est pas interdite, bien que cette substance ne soit pas considérée comme sûre à cause de ses effets secondaires.

D’autres composants des brûleurs de graisse

  • Capsaïcinesans danger.
  • Caféine : largement utilisée pour son effet stimulant.
  • Le gallate d’épigallocatéchine ou EGCG : composant du thé vert
  • Extrait de café vert : il n’y a pas d’études concluantes autour de son innocuité ou de son dosage.
 
  • Dinitrophénol ou DNP : fortement dangereux.
  • Forskoline : il n’y a pas d’études suffisantes qui soutiennent son utilisation.
Complément alimentaire sous forme de boissons.

Conclusions sur les brûleurs de graisse

Il n’existe aucun complément qui provoque des résultats positifs pour tous les consommateurs dans chaque situation. En effet, avant d’utiliser un brûleur de graisse, il doit y avoir une bonne raison ainsi que des preuves qu’il fournit d’éventuels bienfaits de santé de rendement.

Par ailleurs, aucune tentative sérieuse n’a été faite pour évaluer l’efficacité de la plupart des ingrédients utilisés dans les brûleurs de graisse.

En outre, la législation mondiale autorise souvent la mise en place de compléments sur le marché sans qu’il y ait de test auparavant. Par conséquent, il est dangereux d’utiliser un brûleur de graisse. Il faut donc le faire avec beaucoup de précaution.

Enfin, nous tenons à préciser que les compléments qui ne visent pas à prévenir, guérir ou soigner une maladie n’ont pas besoin d’être évalués. Ainsi, les fabricants eux-mêmes sont responsables de la sécurité de ces suppléments.

 
  • Burke, L. 2010. Nutricion En El Deporte: Un Enfoque Practico. Ed. Médica Panamericana