La diarrhée du coureur : causes et prévention

09 août, 2020
La diarrhée du coureur est un trouble qui affecte principalement les athlètes de marathon. Il est possible de prendre certaines mesures pour la prévenir, nous les expliquons dans cet article.

Les coureurs de fond et marathoniens connaissent bien la diarrhée du coureur. Bien qu’il s’agisse d’un trouble difficile à croire, il existe réellement et est même une entité reconnue par la médecine du sport.

Pour simplifier, il s’agit d’une diarrhée, avec une augmentation du nombre de dépositions quotidiennes ou une diminution de la consistance des selles. La fréquence journalière des selles est considérée comme normale lorsqu’elle ne dépasse pas trois fois.

Cela ne veut pas dire qu’il faut éviter de faire du sport par peur de souffrir de la diarrhée du coureur. Au contraire, la pratique d’un sport est recommandée chez les personnes souffrant de problèmes digestifs car cela aide à réguler le péristaltisme.

Par ailleurs, l’exercice aérobique génère une détente, réduisant ainsi les hémorragies digestives et les symptômes d’ulcère gastrique.

Dans cet article, nous verrons donc les causes de la diarrhée du coureur et les mesures simples à prendre pour la prévenir. L’alimentation est essentielle pour combattre ce trouble inconfortable.

Causes de la diarrhée du coureur

Les coureurs qui souffrent de la diarrhée liée à l’exercice ne trouvent généralement pas rapidement la cause. Cela les désoriente et les amène souvent à essayer divers traitements qui sont généralement peu efficaces.

L’une des causes de la diarrhée du coureur est l’anxiété. Cela est particulièrement évident chez les athlètes de haut niveau qui participent à des compétitions exigeantes. Le symptôme peut apparaître quelques jours avant, voire le jour même de la compétition cruciale.

Par ailleurs, il n’existe pas de meilleur moyen de traiter ces cas de diarrhée que de consulter un psychologue. Tant que l’état de stress n’est pas régulé, l’intestin continuera à réagir de manière inadéquate.

Une femme sportive qui a mal au ventre.

Une autre cause plus physique est le rebondissement intestinal pendant la course. Cela change effectivement la perméabilité de l’intestin, de sorte qu’il absorbe moins ce qu’il ingère. Ce qui entraîne une augmentation des dépositions.

Le type d’alimentation de l’athlète détermine également l’apparition de la diarrhée du coureur. Certains sportifs consomment trop de fibres pour contrôler leur poids, mais finissent pas surstimuler le péristaltisme.

D’autre part, les gels caloriques sont aussi responsables. Ils sont souvent utilisés pour injecter une énergie rapide au milieu d’une compétition. Cependant, certaines formules contiennent une teneur très élevée en glucose que le l’intestin ne peut pas gérer.

Comment prévenir la diarrhée du coureur ?

Certaines mesures peuvent être prise pour prévenir la diarrhée du coureur. En réalité, il s’agit de lignes directrices fondamentales que tout athlète peut suivre. C’est également une question d’habitudes à appliquer.

Un conseil essentiel est de réguler les fibres alimentaires et d’opter pour des aliments qui ne génèrent pas de flatulences. Si vous prévoyez d’ingérer de grandes quantités de fibres, essayez de réaliser l’entraînement avant le repas.

Par ailleurs, la caféine peut aussi stimuler le péristaltisme. C’est pourquoi, il est préférable de ne pas boire de café au moins six heures avant une course. C’est la même chose concernant les aliments ou les compléments contenant du sorbitol -comme les bonbons ou certains biscuits sucrés-.

De plus, étant donné que la déshydratation est liée à la perméabilité intestinale, il est primordial de bien s’hydrater. En effet, la diarrhée du coureur peut résulter d’un trouble des électrolytes qui conduit à l’hyponatrémie et à la perte de connaissance.

Il est important de préciser aussi que les anti-inflammatoires ne devraient pas être ingérés sans prescription médicale. Surtout dans le cas des médicaments non stéroïdiens, dont les effets adverses gastro-intestinaux sont bien connus.

Face à une douleur articulaire ou musculaire, il est plus judicieux de prendre une dose minimale de paracétamol par exemple. Même si le diagnostic d’un médecin est toujours nécessaire.

La nutrition sur le plan préventif

En plus d’élaborer un programme alimentaire en fonction des besoins caloriques et du système digestif de chacun, il existe un complément très utile : les prébiotiquesIls se trouvent facilement et ont un effet protecteur sur la muqueuse intestinale.

Aliments contenant des prébiotiques.

Les prébiotiques, qui se trouvent dans l’ail, l’oignon, le poireau et autres végétaux et fruits, fournissent des bactéries naturelles qui vivent, de manière régulière, dans l’appareil digestif. Cette flore bactérienne est un protecteur puissant face aux épisodes de diarrhée.

Parallèlement à l’utilisation des prébiotiques, nous soulignons à nouveau l’importance de réguler la quantité de fibres alimentaires. Pour un athlète, 30 grammes de fibres par jour suffisent amplement. Mais on exagère parfois le dosage des fibres pour réduire le poids avant une compétition.

Si l’on prend la décision de perdre du poids avant une compétition, le régime alimentaire ne peut pas être pris à la légère. Il est donc conseillé de consulter des professionnels de la santé spécialisés en nutrition sportive.

La diarrhée du coureur peut s’éviter

En bref, il ne s’agit pas d’un trouble grave, mais plutôt très inconfortable. Si nous aimons courir, l’apparition des diarrhées peut nous empêcher de réaliser ce qui nous plaît. Par conséquent, nous devons lutter contre ce trouble, et les mesures proposées dans cet article peuvent être utiles.

  • de Oliveira, Erick P. Runner’s diarrhea: what is it, what causes it, and how can it be prevented? Current opinion in gastroenterology 33.1 (2017): 41-46.
  • Koon, Garrett, Orhan Atay, and Sameer Lapsia. Gastrointestinal considerations related to youth sports and the young athlete. Translational pediatrics 6.3 (2017): 129.
  • Butcher, J. D. Runner’s diarrhea and other intestinal problems of athletes. American family physician 48.4 (1993): 623-627.
  • Adams, Brian B. Exercise‐induced anaphylaxis in a marathon runner. International journal of dermatology 41.7 (2002): 394-396.