Régime alimentaire pour les maladies inflammatoires de l'intestin

04 janvier, 2020
La diarrhée continue, la perte de poids ou même la constipation peuvent être des symptômes de maladies inflammatoires de l'intestin. Que pouvons-nous faire pour les combattre?

Deux maladies inflammatoires de l’intestin se différencient selon les cadres et les traitements : la colite ulcéreuse et la maladie de Crohn. La nourriture joue un rôle très important dans la lutte contre les symptômes de la maladie inflammatoire de l’intestin.

Importance de l’alimentation en cas de maladie de l’intestin

Il est essentiel de savoir qu’il n’existe pas de régime spécifique à cette pathologie et qu’elle doit être adaptée à l’état de la maladie dans laquelle se trouve le sujet atteint. Dans ce contexte, on peut distinguer trois situations :

Phase de rémission

Pendant cette phase, l’activité inflammatoire est minime. Pour cette raison, le régime alimentaire ne doit pas être modifié, même s’il doit être équilibré et sain. Il est pratique d’éviter les restrictions inutiles, sauf pour les personnes allergiques ou intolérantes.

Premier symptôme léger

À ce stade, il est très important d’adapter le régime alimentaire, qui doit viser à contrôler les symptômes des maladies inflammatoires. Le plus approprié dans la plupart des cas est un régime à digestion facile et astringent, en évitant le plus possible les graisses.

Symptôme aigu modéré ou grave

Dans cet état, il y a une plus grande symptomatologie. Les sujets atteints sont généralement admis à l’hôpital et, tant que le tube digestif le permet, l’alimentation doit être maintenue par voie orale.

La fonctionnalité du tube digestif est maintenue dans la colite ulcéreuse, mais chez les enfants atteints de la maladie de Crohn, l’alimentation orale peut augmenter l’inflammation. Dans ces cas, l’alimentation entérale est généralement utilisée.

La nutrition entérale consiste en l’administration de nutriments par le biais d’une sonde. Autrement dit, au lieu de fournir des aliments solides, ceux-ci sont administrés dans des préparations commerciales via des sondes qui relient la bouche ou le nez au système digestif.

Maladies chroniques de l'intestin

Lorsque les complications sont plus importantes – mégacôlon toxique ou abcès ou fistules sévères – on utilise une nutrition parentérale. Ce système d’alimentation consiste en l’administration de nutriments par voie intraveineuse. Il est utilisé lorsque le tube digestif ne fonctionne pas correctement.

Recommandations générales en cas de maladie de l’intestin

La collaboration entre le patient et le diététicien-nutritionniste est essentielle. Les symptômes d’une inflammation peuvent en effet être associés à certains aliments. Dans ce contexte, il est très important pour le patient de tenir un registre quotidien de tout ce qu’il mange.

  • La planification alimentaire doit suivre un schéma équilibré et sain, dans la mesure du possible.
  • Le fractionnement du régime alimentaire est généralement une bonne stratégie tant que vous avez le tube digestif affecté à un moment donné. Autrement dit, mangez la même quantité en la divisant en petites doses, afin de ne pas augmenter la charge de travail du tube digestif.
  • Mangez lentement, mâchez correctement et dans un environnement agréable et calme pour éviter d’avoir peur de la nourriture.
  • Reposez-vous après chaque prise.
  • Séparez la consommation de liquides des repas, et ingérez-la à petites doses. Afin de ne pas surcharger le corps, cette stratégie est également utilisée contre la diarrhée. Les solutions de réhydratation orale – boissons isotoniques – favorisent l’absorption d’eau et de solutés.
  •  Utilisez des températures moyennes pour les aliments, car le froid et la chaleur peuvent stimuler le transit intestinal.
  • Simple et cuit au sel, pour compenser la perte d’ions de la diarrhée. Dans le cas de sujets hypertendus, cette perte continue d’eau et de sels provoque une pression artérielle basse.
  • Évitez le café, les boissons gazeuses excitantes.

Particularités

Lactose

Comme dans tous les cas de diarrhée, le lactose doit être éliminé lors des poussées. Cela se produit car pendant les épidémies, il est courant que l’intolérance au lactose se développe en raison d’un déficit temporaire de lactase, l’enzyme qui dégrade le lactose.

Femme refusant un verre de lait

Il n’est pas conseillé de retirer le lactose en dehors des poussées, sauf si le patient souffre d’intolérance. Les patients atteints de colite ulcéreuse sont les plus sensibles à l’intolérance au lactose – acquise en général précédemment, pas seulement lors d’épidémies.

Graisse

En cas de diarrhée ou de maladies inflammatoires, l‘apport en graisses doit être limité , notamment celles de moins bonne qualité. Parfois, les patients atteints de la maladie de Crohn prennent une nutrition entérale sous la forme d’un smoothie riche en graisses avec un profil polyinsaturé oméga-3. Ces préparations ont un effet anti-inflammatoire et améliorent l’état de la muqueuse intestinale en réduisant l’inflammation.

Fibres

Les fibres, notamment insolubles, sont à éviter. Les fibres solubles peuvent être incluses pour ralentir le transit intestinal chez les sujets atteints de colite ulcéreuse, mais jamais chez les sujets atteints de Crohn. Dans ce dernier cas, essayez d’utiliser aussi peu de fibres que possible.

Il est conseillé d’inclure progressivement les fibres jusqu’à normaliser le régime alimentaire en commençant par celles solubles.

Contrôle analytique

Les personnes atteintes de maladies inflammatoires de l’intestin sont sensibles aux déficits en micronutriments. Une surveillance appropriée des micronutriments est essentielle car, parfois, ces patients sont soumis à un régime alimentaire très restrictif.

Les paramètres analytiques à contrôler sont la vitamine B12, l’acide folique, les vitamines D, E et A. Certains minéraux tels que le calcium, le magnésium et le phosphore sont aussi à contrôler.

Aliments fonctionnels

Les probiotiques sont des micro-organismes vivants qui favorisent l’amélioration de la flore intestinale. Ils n’ont pas prouvé leur efficacité dans le cas de la maladie de Crohn. Dans ce cadre, il existe donc une controverse sur leur utilisation.


En revanche, en ce qui concerne leur utilisation dans la colite ulcéreuse, les probiotiques pourraient être bénéfiques dans l’inflammation du réservoir. Lorsqu’un patient atteint de cette maladie se fait retirer le côlon, une articulation est généralement réalisée entre l’intestin grêle et ce qui reste du rectum, ce qui en fait un réservoir à l’aide d’une section de l’intestin grêle.

Les aliments recommandés pour l'intestin

Oméga-3

Chez les personnes atteintes d’une maladie inflammatoire de l’intestin, il n’y a pas suffisamment de données pour que les médecin les recommandent systématiquement. Les aliments riches en oméga-3 sont recommandés tant que les graisses sont tolérées.

Antioxydants

Il n’est ni nécessaire ni recommandé d’appliquer une supplémentation systématique. Cependant, la consommation d’antioxydants naturels dans l’alimentation peut être augmentée par un plan alimentaire.

Bref, il est clair que ces recommandations peuvent varier en fonction des caractéristiques de chaque cas. Si vous souffrez d’une maladie inflammatoire de l’intestin, vous devez suivre attentivement les instructions du médecin.