Comment le sport aide-t-il à prévenir la maladie d'Alzheimer ?

L'un des défis fondamentaux de la science aujourd'hui est la prévention de la maladie d'Alzheimer. Les conséquences de cette maladie dévastatrice et son apparition toujours plus précoce préoccupent de plus en plus les professionnels de santé.

Dernière mise à jour : 09 février, 2021

La maladie d’Alzheimer est une maladie neurodégénérative qui cause des problèmes de mémoire, de pensée et de comportement chez la personne qui en souffre. Il s’agit du type de démence le plus courant. Une publication dans la revue Neurologia indique qu’en Europe, 5 % de la population souffre d’Alzheimer.

Le sport comme méthode de prévention de la maladie d’Alzheimer

Il s’agit malheureusement d’une maladie incurable dont les symptômes s’aggravent progressivement jusqu’à ce que la personne finisse par ne plus reconnaître son environnement. Il existe toutefois des traitements qui aident à ralentir et à prévenir la maladie d’Alzheimer.

Nous savons que l’exercice physique aide à garder le cerveau en bonne santé. Il s’est par ailleurs avéré efficace pour prévenir les maladies dégénératives telles que la maladie d’Alzheimer et la maladie de Parkinson. Nous explorerons donc, ci-après, les bienfaits de l’exercice pour la santé du cerveau.

Augmente le flux sanguin dans le cerveau

L’un des principaux changements qui surviennent dans le cerveau après l’exercice est une augmentation de l’oxygénation, conséquence d’un apport sanguin plus important. Cela aide à maintenir la santé des neurones. En effet, cela fournit un apport supplémentaire de nutriments aux cellules du cerveau.

L’augmentation de l’oxygénation est particulièrement bénéfique chez les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer. Cette maladie produit une diminution du flux sanguin et, par conséquent, une mort plus importante des neurones.

D’autre part, l’augmentation de l’oxygénation provoque la création de nouveaux capillaires. Cela permet à un plus grand flux d’atteindre davantage de zones du cerveau, de sorte que la probabilité d’une mort neuronale survenant dans une zone spécifique diminue.

Stimule les processus cognitifs

Faire du sport signifie bien plus que bouger les muscles et les os. Le sport a une forte composante mentale dans laquelle les processus cognitifs, tels que l’attention ou la mémoire, doivent être actifs et fonctionner au mieux pour être performants.

Selon une étude publiée par Experimental Gerontologyl’exercice physique est un moyen efficace d’améliorer les processus cognitifs. Cet effet se produit par ailleurs indépendamment de l’âge de la personne. Il est donc possible de prévenir la maladie d’Alzheimer à tout âge.

Affecte positivement la plasticité cérébrale

Le cerveau est sans aucun doute l’organe le plus plastique qui existe. Cela signifie que cet organisme est capable de créer de nouveaux réseaux et connexions lorsque les existants échouent. Le grand avantage de la plasticité cérébrale est qu’elle est inépuisable. Elle ne s’arrête en effet pas à un âge, mais se produit tout au long de la vie.

Il convient de mentionner l’effet de la pratique sportive sur la sécrétion du facteur de croissance IG-1. Cette substance est libérée par les muscles pendant l’exercice et, lorsqu’elle atteint le cerveau, a un effet protecteur sur les neurones. Par conséquent, plus les muscles sont actifs, plus le cerveau est protégé.

Augmente la réserve cognitive

La réserve cognitive est la capacité du cerveau à résister aux dommages sans présenter d’altérations. Autrement dit, plus la réserve cognitive est grande, plus la capacité à résister aux effets du vieillissement ou aux maladies neurodégénératives est grande.

Une étude menée par des professionnels de l’Université Ramón Llul affirme que le cerveau des personnes âgées actives conserve plus de matière grise. Cela signifie qu’un mode de vie actif est un facteur de protection très important non seulement pour prévenir la maladie d’Alzheimer, mais aussi pour freiner les dommages typiques causés par l’âge.

Prévenir la maladie d’Alzheimer est entre vos mains

Il est très simpliste d’établir une relation de cause à effet entre la sédentarité et la maladie d’Alzheimer puisque des facteurs biologiques, psychologiques et environnementaux interviennent dans le développement de cette maladie. Mener une vie active est toutefois une première étape très importante dans la lutte contre les conséquences de cette maladie.

Faire du sport est un petit geste qui contribue beaucoup. Selon une étude publiée par le Cuban Journal of Public Healthune activité physique intense réduit le risque de maladie d’Alzheimer de 37 à 50 %. De sorte qu’il convient de commencer à prendre soin du cerveau avant qu’il ne soit trop tard.

Cela pourrait vous intéresser ...
Eres DeportistaLeerlo en Eres Deportista
Qu’est-ce que le vieillissement actif ?

Avec le vieillissement actif, l’objectif est que les personnes âgées restent un acteur fondamental de notre société. Découvrez-en davantage dans cet article



  • Castro-Jiménez, L. E., y Galvis-Fajardo, C. A. (2018). Efecto de la actividad física sobre el deterioro cognitivo y la demencia. Revista cubana de salud pública, 44, e979.
  • Fortuño-Godes, J. (2017). Relación entre ejercicio físico y procesos cognitivos en las personas mayores. Agora para la educación física y el deporte, 19(1), 73-87.
  • Lucas, S. J., Ainslie, P. N., Murrell, C. J., Thomas, K. N., Franz, E. A., y Cotter, J. D. (2012). Effect of age on exercise-induced alterations in cognitive executive function: relationship to cerebral perfusion. Experimental gerontology, 47(8), 541-551.
  • Niu, H., Álvarez-Álvarez, I., Guillén-Grima, F., y Aguinaga-Ontoso, I. (2017). Prevalencia e incidencia de la enfermedad de Alzheimer en Europa: metaanálisis. Neurología, 32(8), 523-532.