Quelle est la durée de récupération d'un muscle après une lésion ?

Le temps de récupération d'un muscle varie énormément en fonction de la lésion. Découvrez-en davantage dans cet article.
Quelle est la durée de récupération d'un muscle après une lésion ?

Dernière mise à jour : 28 janvier, 2021

Les lésions sont l"un des plus grands ennemis du sportif. En effet, elles obligent à cesser la pratique sportive et sont généralement douloureuses. Après une lésion, le temps de récupération du muscle varie en fonction de la gravité.

Bien entendu, tout processus de récupération suite à une blessure musculaire doit être supervisé par un professionnel de la santé. Dans cet article, nous examinerons les différents types de lésions musculaires ainsi que leur durée de récupération.

Contusion

Une contusion musculaire signifie simplement recevoir un coup. Dans ces circonstances, le muscle est légèrement endommagé par l"impact direct et il peut y avoir un hématome.

La durée de récupération dépendra de la gravité du coup. Cela peut prendre quelques minutes ou plusieurs jours. La contusion est généralement la lésion musculaire la plus légère.

Crampe : quelle est la durée de récupération d"un muscle ?

Le second degré de gravité est la crampe. Dans ce cas, le muscle se contracte subitement et involontairement pendant plusieurs secondes. Le sportif est alors incapable de contrôler la crampe et doit attendre que la contraction cesse en essayant d"étirer le muscle.

Une fois que la crampe est passée, le sportif peut continuer. Néanmoins, si le muscle se crispe à nouveau, il est fort probable que les crampes reviennent en cas de reprise sportive. Par conséquent, il est souvent recommandé de stopper la pratique sur le moment puis de reprendre le jour suivant ou quelques heures après.

Pour prévenir les crampes, il est conseillé de réaliser un échauffement correct, de rester bien hydraté et de ne pas exercer le muscle au-delà de ses limites.

Contracture

La contracture est similaire à la crampe, mais elle se prolonge dans le temps. C"est ce qu"expliquent les publications universitaires à ce sujet. Autrement dit, le patient remarquera une forte contraction involontaire d"un muscle et ne pourra pas le détendre.

Une femme sportive avec une douleur dans le dos.

Par conséquent, dans le cas d"une contracture, le muscle peut prendre plusieurs jours à récupérer. Cela dépendra de la quantité de fibres musculaires qui ont été affectées.

Claquage : quelle est la durée de récupération d"un muscle ?

Cette lésion musculaire survient lorsque le muscle est soudainement ou excessivement étiré. Cela endommage alors les fibres musculaires.

Il existe trois degrés de distension musculaire en fonction de la gravité. En supposant qu"une rééducation correcte soit mise en place, un claquage requiert entre une et trois semaines pour une récupération complète.

Cependant, la vie normale peut être reprise avant ce délais, puisque des exercices physiques s"ajoutent au processus de récupération. Mais il faut attendre un rétablissement complet avant de reprendre le sport.

Rupture partielle

Ces deux dernières catégories sont les plus graves. Commençons par la rupture partielle ou fibrillaire. Dans ce cas, il y a une rupture de plusieurs faisceaux de fibres musculaires, mais l"intégrité du muscle n"est pas en danger. 

Le patient ressentira une douleur aiguë et aura des difficultés à mobiliser le muscle affecté. Se présentent également un hématome ainsi qu"une inflammation.

La rupture partielle présente aussi trois degrés selon la quantité de fibres touchées. En cas de rupture partielle de degré un, le patient aura besoin de 8 à 10 jours pour s"en remettre. Si elle est de degré deux, entre 2 et 3 semaines. Enfin, il faudra environ un mois pour récupérer d"une rupture partielle degré trois.

Rupture complète

Nous parlons de rupture complète lorsque le muscle cesse d"avoir une continuité. Autrement dit, quand il se brise en deux parties. Dans ce cas, la personne éprouve une douleur intense et est incapable de bouger correctement la partie affectée.

Un homme sportif qui a mal à l'épaule.

Les deux extrémités du muscle seront alors entraînées par le tendon jusqu"à l"os correspondant. Cela laisse un espace où se situait avant le ventre musculaire.

Dans le cas d"une rupture complète, le temps de récupération du muscle est de plusieurs mois. De plus, la lésion requiert l"intervention d"un chirurgien afin d"unir les parties musculaires qui se sont séparées. Commencera ensuite le long processus de rééducation à suivre à la lettre pour éviter une rechute.

La lésion indique le temps nécessaire de récupération du muscle

Comme nous venons de le voir, il existe de nombreux types de lésions musculaires. Chacune présente son cadre clinique et son temps de récupération. C"est pourquoi, s"il ne s"agit pas d"une simple crampe, il est toujours recommandé de consulter un spécialiste.

Le professionnel effectuera alors les examens nécessaires pour identifier la lésion exacte car elles impliquent toutes une douleur et une inflammation. Il existe effectivement des signes distinctifs, mais il est difficile pour une personne peu informée de faire la différence entre un claquage et une rupture partielle, par exemple.

Enfin, il est important de souligner que les mesures et directives concernant les temps de récupération d"un muscle doivent être suivies à la lettre. En effet, un muscle peut très facilement se blesser à nouveau si l"on essaie de reprendre le sport de façon prématurée.

Cela pourrait vous intéresser ...
Lésions musculaires : quelles sont les causes ?
Fit PeopleRead it in Fit People
Lésions musculaires : quelles sont les causes ?

Les lésions musculaires sont plus fréquentes qu'on le croit chez les sportifs. Quelles sont les différentes causes ? Comment peut-on les prévenir ?



  • V. Nsitem. Diagnosis and rehabilitation of gastrocnemius muscle tear: a case report. J Can Chiropr Assoc. 2013;57(4):327-333.
  • G. Serratrice. Contracturas musculares. EMC. 2011; 32 (2): 1-11
  • M. A. Cardero. Lesiones musculares en el mundo del deporte. e-balonmano.com: Revista de Ciencias del Deporte. 2008; 4 (1): 13 – 19