Dépendance à l'exercice: comment la contrôler?

Dépendance à l'exercice: comment la contrôler?

Dernière mise à jour : 21 avril, 2021

L’exercice physique régulier est une habitude essentielle pour une bonne santé. Cependant, tout excès est mauvais. Cette habitude devient donc problématique lorsque nous parlons de dépendance à l’exercice.

La dépendance à l’exercice ou la bigorexie fait référence au comportement compulsif de s’entraîner ou à la dépendance à l’activité physique pour se sentir bien. Par ailleurs, et comme dans d’autres addictions, ne pas pouvoir faire d’exercice physique produit un syndrome de sevrage avec des sentiments d’irritabilité, d’anxiété ou d’agressivité.

Ce comportement a des conséquences négatives pour la personne. Non seulement cela augmente le risque de subir une blessure, mais cela pose également des problèmes pour l’athlète avec son cercle de personnes le plus proche : entraîneur, amis, famille … C’est pourquoi nous vous dirons ci-après en quoi consiste la dépendance à l’exercice et comment la surmonter.

Qu’est-ce que la dépendance à l’exercice ?

D’une manière générale, la dépendance à l’exercice a des réactions émotionnelles similaires à tout autre comportement addictif. Elle présente néanmoins quelques particularités qui se démarquent:

  • Besoin constant de faire de l’exercice physique et d’augmenter de manière incontrôlable la fréquence, l’intensité et le volume des charges.
  • Temps excessif consacré à chaque séance d’entraînement.
  • Apparition d’émotions négatives très intenses lorsque l’on ne peut pas s’entraîner.
  • Abandon des autres activités quotidiennes pour s’entraîner.
  • Poursuite de l’entraînement même en cas de douleur ou de blessure.

Comment contrôler la dépendance à l’exercice

dépendance à l'exercice

La bonne nouvelle pour les personnes dépendantes à l’exercice est qu’elles peuvent se contrôler et surmonter leur addiction. Cependant, pour y parvenir, il est nécessaire que l’athlète fasse un effort actif et soit très motivé. Voici donc quelques conseils pratiques pour faciliter le processus.

1. Identifiez et reconnaissez le problème

La première étape pour surmonter une dépendance est de reconnaître que le comportement est nocif et nuisible pour soi-même. Sans ce degré de conscience, il est impossible de passer aux phases successives d’intervention.

Il existe plusieurs questionnaires en ligne pour évaluer le degré de dépendance d’une personne à l’exercice. Par exemple, voici deux des options reconnues:

Le grand avantage d’utiliser des questionnaires pour l’évaluation est leur facilité d’utilisation et d’application. Les deux peuvent facilement se trouver sur Internet et donnent des réponses valides et fiables pour mesurer à la fois le degré et le risque de souffrir de dépendance à l’exercice.

2. Restez en contact avec les personnes qui vous entourent

Lorsqu’une personne souffre d’addiction, il est très courant qu’elle évite les personnes qui composent son cercle de confiance. En fin de compte, la vie de ces personnes tourne autour de l’exercice et elles cessent d’effectuer des tâches quotidiennes pour s’entraîner.

Le soutien des autres est un pilier fondamental pour vaincre une dépendance. D’abord parce qu’ils procurent une écoute active et une empathie rassurante et réconfortante. Ensuite car ils constituent une grande aide pour mettre la personne en contact avec des professionnels de la santé, tels que des médecins ou des psychologues.

3. Relativiser les pensées et croyances irrationnelles

Autour de la dépendance, il existe une multitude de pensées et de croyances négatives dont la seule fonction est d’alimenter et d’entretenir le trouble. Cependant, changer la façon de penser n’est pas simple, car ces pensées sont profondément enracinées dans l’esprit de la personne.

dépendance à l'exercice

Des croyances telles que «je dois m’entraîner au maximum tous les jours» ou «si je ne m’entraîne pas un jour je perdrai ma forme physique» ne correspondent pas à la réalité et sont une source majeure de frustration.

La solution passe par ce que les psychologues appellent la restructuration cognitive. Autrement dit, écarter ces pensées qui génèrent de l’inconfort et essayer de les percevoir d’un point de vue plus rationnel et moins émotionnel.

Faites de l’exercice de manière saine

L’exercice doit être une activité plaisante et agréable pour la personne. Nous devons donc réévaluer le rôle de l’activité physique chaque fois qu’elle provoque une détresse psychologique ou interfère avec d’autres domaines de la vie.

De plus, il est très important de souligner que les dépendances peuvent se traiter tant que la personne met du sien pour résoudre le problème. Les professionnels de la santé enseignent à la personne des compétences et des ressources pour faire face à la situation, mais c’est l’athlète qui doit les appliquer activement à lui-même.

En définitive, surmonter une dépendance n’est pas un processus facile, mais cela est incontestablement nécessaire de retrouver la santé mentale et le bien-être que nous méritons tous.


It might interest you...
Les risques du surentraînement
Fit PeopleLisez-le dans Fit People
Les risques du surentraînement

Si nous ne prenons pas le temps de bien faire et ne prenons pas le temps de repos, nous risquons de subir certains des risques de surentraînement



  • Bados, A., y García, E. (2010). La técnica de la reestructuración cognitiva. Departamento de Personalidad, Evaluación y Tratamiento Psicológicos. Facultad de Psicología, Universidad de Barcelona, 15.
  • Ogden, J., Veale, D., y Summers, Z. (1997). The development and validation of the Exercise Dependence Questionnaire. Addiction research, 5(4), 343-355.
  • Szabo, A., y Griffiths, M. D. (2004). The exercise addiction inventory: A new brief screening tool. Addiction research and theory, 12(5), 489-499.