Le bandage neuromusculaire : à quoi sert-il ?

Le bandage neuromusculaire est utilisé pour traiter diverses pathologies et symptômes mais... Pour en savoir plus, continuez à nous lire !
Le bandage neuromusculaire : à quoi sert-il ?

Dernière mise à jour : 29 novembre, 2020

Vous avez certainement déjà vu de nombreux athlètes, et même des gens autour de vous, avec des bandes colorées sur le corps. Ce sont en réalité des bandages neuromusculaires, une technique qui gagne en popularité depuis deux décennies. Vous voulez savoir de quoi il s’agit ? Nous vous le disons ici !

Aujourd’hui, ce bandage est appliqué dans de nombreux cas et, comme c’est le cas pour de nombreuses techniques, il arrive que son utilisation soit exagérée. En outre, il est souvent utilisé dans des situations où il n’apporte pas de bénéfices au patient. Voyons ce qu’il en est et quand il devrait être appliqué.

Le bandage neuromusculaire : de quoi s’agit-il ?

Le bandage neuromusculaire est également connu sous le nom de kinesiotaping ou taping neuromusculaire. Le système est basé sur l’application de bandes élastiques sur la peau du patient.

La théorie est qu’un bandage qui reste en place aide le fascia, décompresse la zone et stimule la circulation, entre autres avantages. Tout cela est dû à la force du bandage, qui étire la peau doucement mais constamment. En fait, il existe différents types de bandages – d’où les couleurs – qui ont plus ou moins de force de traction.

Cependant, et malgré le fait qu’il ait été inventé dans les années 1970, les articles scientifiques soutenant son utilisation et démontrant ses avantages sont très limités. De fait, plusieurs études nient son utilité, mais il y en a d’autres qui la soutiennent.

Comme toujours, il faut comprendre que l’absence d’études ne prouve pas qu’il n’est pas utile, mais que l’application de pansements spécifiques sur une zone spécifique du corps et pour une certaine pathologie ou la recherche d’un certain effet n’a pas été significativement bénéfique.

Il se peut que l’application du pansement d’une autre manière ait un effet ou qu’il y ait d’autres avantages qui n’ont pas fait l’objet de l’étude. Voyons ce que nous dit la littérature existante.

Le bandage neuromusculaire sur la jambe.

À quoi sert un bandage musculaire ?

Un domaine dans lequel le bandage neuromusculaire s’est révélé efficace est l’amélioration de la proprioception du patient. C’est-à-dire qu’il aide la personne qui l’utilise – dans ce cas, à la cheville – à mieux connaître la position de l’articulation et à pouvoir s’adapter aux changements.

Disons que le fait de porter un bandage vous fait prendre conscience de cette partie du corps. En cas de variation, le pansement tirera davantage, et ce sera un rappel utile.

En ce qui concerne la douleur, il existe également des études qui parlent en bien du bandage neuromusculaire à court terme. On peut dire que ce type de pansement permet de contrôler la douleur dans les pathologies musculaires immédiatement après son application et jusqu’à 24 heures après.

Son application s’est également avérée utile chez les sujets souffrant de douleurs chroniques des tissus mous. Par conséquent, le pansement enlève également une certaine tension du tissu affecté, lui permettant de guérir.

En revanche, il n’existe aucune preuve de son utilisation pour augmenter la force que les muscles peuvent exercer. Les études à cet égard sont au mieux contradictoires.

En d’autres termes, il n’a pas été possible de confirmer ou de nier son utilité, car il y a des cas où il s’avère utile et d’autres où il ne l’est pas. Par conséquent, il est entendu que d’autres facteurs peuvent affecter cette section et que le pansement n’est pas en mesure d’apporter une amélioration.

Quant à la capacité de résistance des muscles, les effets sont également limités. Des recherches récentes montrent qu’elle s’améliore, mais dans une proportion qui se situe dans une erreur de mesure possible.

Les différents modes d’application et les tensions

Avec les différents types de tension qui existent sur le marché et les différentes méthodes d’application décrites, il est compliqué d’étudier toutes les variables. En d’autres termes, les études, de par leur nature, doivent se limiter à l’analyse d’une certaine technique sur une zone spécifique du corps ; elles ne sont pas en mesure de couvrir un large éventail de possibilités car de nombreuses variables entrent alors en jeu.

Des bandages de couleur.

Ainsi, un grand nombre des études examinées finissent par admettre que d’autres études sont nécessaires, soit pour confirmer ou pour décourager leur utilisation.

Alors… le bandage neuromusculaire, faut-il l’utiliser ou non ?

Il ressort de ce qui précède que le bandage a des utilisations efficaces. En principe, il n’y a pas de preuves pour conseiller son utilisation pour des sujets sains. En d’autres termes, le bandage neuromusculaire n’aidera pas les personnes qui n’ont aucun problème à exercer plus de force.

Cependant, il permet d’améliorer la proprioception des personnes subissant des blessures à répétition. Il serait donc souhaitable de travailler ce concept avec des bandages.

D’autre part, pour les personnes qui présentent une pathologie de base, le bandage sera également conseillé. Dans ces cas, il peut aider à contrôler la douleur qu’elles ressentent et à améliorer leurs performances, tant au niveau des muscles que des tissus mous.

En bref, c’est à cela que servent les bandages neuromusculaires. Leur application en tant que technique complémentaire, conjointement avec le reste du traitement, contribuera à rendre les résultats plus efficaces dans les cas exposés.

Cela pourrait vous intéresser ...
Exercices de proprioception pour éviter les blessures
Fit PeopleRead it in Fit People
Exercices de proprioception pour éviter les blessures

La proprioception est la capacité du cerveau à connaître à tout moment la position exacte de toutes les parties du corps. Découvrez-en plus ici !



    • C. Brogden, K. Richard, M. Page et al. The efficacy of elastic therapeutic tape variations on measures of ankle function and performance. Physical Therapy in Sport. Volume 32, Pages 74-79, 2018.
    • R. Taylor, G. Cert, L. O’Brien, et al. A scoping review of the use of elastic therapeutic tape for neck or upper extremity conditions. Journal of Hand Therapy. Volume 27, Issue 3, Pages 235-246, 2014.
    • A. Henar, R. Blanco y L. Justo. Efectos del kinesiotape sobre el tono y la fuerza muscular. Revisión. Volumen 5, Número 1, Páginas 151-171, 2019.