Les athlètes réfugiés qui ont participé à Rio 2016

12 février, 2020
Les athlètes réfugiés sont ceux qui ne peuvent pas représenter leur pays parce qu'ils sont en guerre ou en proie à un problème politique.
 

Si vous avez vu la cérémonie d’ouverture des Jeux olympiques de Rio 2016, vous avez peut-être remarqué que l’équipe d’athlètes réfugiés est passée dans le défilé des comités. Dans cet article, nous vous en disons davantage sur cette équipe et les raisons de sa création.

Qui est l’équipe d’athlètes réfugiés ?

Identifiée par le code ROT (Refugee Olympic Team), l’équipe olympique d’athlètes réfugiés est l’une des délégations qui a participé aux Jeux olympiques de Rio 2016, après avoir été créée la même année par le Comité Olympique International.

Le COI a demandé à tous les comités olympiques d’identifier et de faire un rapport sur les athlètes réfugiés à cause d’une guerre ou d’un conflit politique au niveau mondial. Depuis que cette décision a été rendue publique, 43 sportifs étaient candidats pour faire partie de la nouvelle délégation.

Les exigences que les sportifs devaient remplir étaient au nombre de trois : records sportifs minimums, statut de réfugié reconnu par les Nations Unies et aspects personnels.

Finalement, pour l’édition des Jeux olympiques de Rio 2016, il a été décidé que 10 athlètes réfugiés participeraient. Tous les frais, y compris la préparation, la tenue et les voyages, ont été couverts par le COI par l’intermédiaire de son équipe de la Solidarité Olympique Internationale. Le drapeau olympique était présent dans la représentation officielle.

Qui étaient ces athlètes réfugiés à Rio 2016 ?

L’équipe d’athlètes réfugiés qui a participé aux Jeux olympiques de Rio 2016 a été confirmée le 3 juin de cette année là. La kényane Tegla Loroupe fut choisie comme chef de mission. Et la soudanaise Rose Lokonyen comme porte-drapeau lors de l’ouverture des jeux. Bien qu’ils n’aient remporté aucune médaille, cela vaut la peine de souligner ces 10 sportifs :

 
  • Rami Anis : né en Syrie, résidant en Belgique. Il se consacre à la natation, dans les spécialités du 100 mètres libre et 100 mètres papillon.
Rami Anis, l'un des athlètes réfugiés à Rio 2016.

Rami Anis, l’un des athlètes réfugiés.

  • Yiech Pur Biel : originaire du Sud-Soudan, avec une résidence au Kenya. Il court les 800 mètres d’athlétisme.
  • James Nyang Chiengjiek : né au Sud-Soudan, mais vit au Kenya. Il court les épreuves de course du 400 mètres.
  • Yonas Kinde : né en Ethiopie, mais réfugié au Luxembourg. Il se consacre aux épreuves du marathon.
  • Anjelina Nadai Lohalith : également originaire du Sud-Soudan, mais vivant au Kenya. Elle se spécialise dans les courses du 1500 mètres.
  • Rose Lokonyen : né au Sud-Soudan, réfugiée au Kenya, elle a participé à l’épreuve du 800 mètres.
  • Paulo Amotun Lokoro : originaire du Sud-Soudan, il vit au Kenya et a participé à l’épreuve du 1500 mètres d’athlétisme.
  • Yolande Bukasa Makiba : née dans la République Démocratique du Congo, elle vit actuellement au Brésil. Elle se consacre au judo, dans la catégorie des moins de 70 kilos.
  • Yusra Mardini : originaire de Syrie. Elle vit en Allemagne et a participé aux épreuves du 100 mètres libre et 100 mètres papillon de natation.
 
  • Popole Misengané dans la République Démocratique du Congo, réfugié au Brésil, il pratique le judo dans la catégorie des moins de 90 kilos. Il fut le meilleur de l’équipe des athlètes réfugiés lors de la compétition. Car il a atteint les quarts de finale (il a gagné contre l’indien Avtar Singh).

Que se passera-t-il à Tokyo avec ces athlètes ?

Lors de la 133 ème séance du Comité Olympique International, qui s’est tenue à Buenos Aires en Argentine en octobre 2018, une équipe d’athlètes réfugiés a été approuvée pour participer à l’édition suivante des Jeux olympiques de Tokyo 2020.

Le Président du Comité Olympique International, Thomas Bach, a donné son feu vert à l’initiative, en déclarant : “Dans un monde idéal, l’équipe d’athlètes réfugiés ne devrait pas exister. Mais les raisons pour lesquelles nous avons créé ce groupe avant Rio 2016 sont toujours valables”.

Siège des Jeux olympiques.

Plus tard, en juin 2019, la liste des athlètes réfugiés qui ont demandé à faire partie d’une équipe olympique a été publiée. Actuellement, il existe 46 bénéficiaires des bourses pour réfugiés offertes par le COI. Dont les 10 sportifs qui ont participé aux Jeux de Rio 2016.

 

Enfin, nés en Afghanistan, au Cameroun, en République Démocratique du Congo, en Érythrée, en Ethiopie, en Irak, au Sud-Soudan, au Soudan et en Syrie, les athlètes réfugiés participent aux compétitions dans les disciplines suivantes : athlétisme, badminton, boxe, cyclisme, judo, karaté, tir, natation, taekwondo, haltérophilie, et lutte libre.

  • IOC REFUGEE OLYMPIC TEAM. COI sitio oficial. https://www.olympic.org/refugee-olympic-team
  • Clayton, J. Atletas Refugiados se preparan para ir a los Juegos Olímpicos y hacer historia. ACNUR. Julio de 2016. https://www.acnur.org/noticias/noticia/2016/7/5b7e71602e/atletas-refugiados-se-preparan-para-ir-a-los-juegos-olimpicos-y-hacer-historia.html
  • La Vanguardia. Río acoge a la primera delegación de atletas refugiados en la historia de los Juegos Olímpicos. Agosto de 2016. https://www.lavanguardia.com/deportes/olimpiadas/20160802/403637595788/rio-de-janeiro-primera-delegacion-atletas-refugiados-historia-juegos-olimpicos.html