L'exercice physique pour lutter contre la dépression et l'anxiété

06 juillet, 2020
La dépression et l'anxiété touchent des millions de personnes dans le monde entier. Ces dernières années, les professionnels de la santé ont souligné l'importance d'un mode de vie actif pour prévenir et combattre la détresse psychologique.
 

Les nouvelles thérapies pour la dépression et l’anxiété, comme l’exercice physique, sont un sujet brûlant en psychologie. Depuis le siècle dernier, il existe deux moyens de lutter contre ces troubles mentaux : les médicaments prescrits par un médecin et la psychothérapie.

Cependant, de plus en plus de professionnels soulignent l’importance d’un mode de vie actif pour prévenir et combattre la détresse psychologique.

La dépression et l’anxiété, bien qu’elles puissent paraître étranges, sont très présentes dans la société actuelle. Selon les chiffres de l’Organisation mondiale de la santé, 4,4 % de la population mondiale souffre de dépression. En outre, on estime que d’ici 2030, la dépression sera la principale cause d’invalidité.

Si l’on parle d’anxiété, en Europe, 10,4 % de la population souffre d’un trouble anxieux. Ces chiffres montrent que ces problèmes ne sont pas des cas isolés et qu’ils touchent un grand nombre de personnes.

Quels sont les symptômes de la dépression et de l’anxiété ?

Bien que la dépression et l’anxiété aient des symptômes différents, elles sont étroitement liées. Il est fréquent qu’une personne présente des symptômes des deux troubles ou qu’on lui diagnostique en même temps une dépression et de l’anxiété.

La dépression peut se manifester à différents niveaux de gravité ; les symptômes les plus courants sont les suivants :

  • Sentiments de tristesse et manque de motivation
  • Perte d’intérêt pour les activités quotidiennes
 
Une femme anxieuse.

  • Le manque d’attention et la difficulté à se concentrer
  • Dans les cas plus graves, il peut y avoir des pensées suicidaires

D’autre part, les troubles anxieux comprennent une multitude d’affections : phobies spécifiques, trouble d’anxiété généralisée, trouble panique… ce qu’ils ont tous en commun, c’est une inquiétude extrême pour l’avenir et l’anticipation d’événements négatifs et mortels.

Les effets psychologiques de l’exercice physique

L’exercice physique a non seulement des effets bénéfiques sur l’organisme, mais il affecte également le bien-être psychologique pour quatre raisons :

  • Augmentation de la libération de monoamines : après l’exercice, le cerveau libère de la dopamine, des endorphines et de la sérotonine. Ces substances génèrent un sentiment de tranquillité, de bien-être et de bonheur.
  • Réalisation des buts et objectifs : lorsque les buts et objectifs sont atteints, le système de récompense de la personne est activé. Lorsque cela se produit, nous ressentons une grande satisfaction et une grande joie.
  • Amélioration de l’estime de soi : les changements dans l’apparence du corps, ainsi que le sentiment d’accomplissement par le progrès, influencent positivement l’estime de soi.
 
  • Réduction de l’isolement social : lorsque l’on fait de l’exercice physique en groupe, l’interaction avec les autres personnes augmente. De cette façon, la personne se sent soutenue et aimée au sein d’un groupe.

L’exercice physique comme thérapie contre la dépression et l’anxiété

Comme nous l’avons déjà vu, l’exercice physique apporte des bienfaits au corps et à l’esprit. Mais la question demeure : l’exercice physique peut-il prévenir et guérir la détresse psychologique ?

Combattre la dépression par l’exercice physique

Il a été prouvé que l’exercice physique est une mesure efficace pour traiter les symptômes dépressifs. L’activité physique à un niveau modéré est utilisée comme traitement alternatif pour les personnes souffrant de troubles du sommeil ; souvenez-vous que l’un des principaux symptômes de la dépression était des changements dans le sommeil.

D’autre part, il n’existe pas de forme d’exercice unique et efficace. Des interventions avec différentes activités – exercices d’aérobic, musculation, danse, yoga, hydrothérapie – ont été réalisées avec des résultats positifs en matière de bien-être psychologique.

Des personnes faisant du sport ensemble.
 

Il convient de noter que bien que l’activité physique diminue les symptômes de la dépression, c’est une condition qui devrait être évaluée par un professionnel de la santé. En suivant les lignes directrices que celui-ci nous donne, nous devons combiner l’exercice physique avec des séances de psychothérapie.

Combattre l’anxiété par l’exercice physique

Tout comme l’exercice physique peut aider à traiter la dépression, l’anxiété peut être atténuée par un mode de vie actif. Une étude de l’université de Cork a révélé une relation négative entre le niveau d’activité physique et l’anxiété.

En outre, les personnes qui pratiquent des sports d’équipe ont les niveaux d’anxiété les plus bas. Cette constatation renforce les avantages de l’exercice en groupe par rapport à l’exercice individuel.

L’activité physique améliore également la qualité de vie des personnes atteintes de maladies chroniques. Une étude de Epilepsy & Behaviour indique qu’un mode de vie sédentaire est un facteur de risque de développement de l’anxiété chez les personnes épileptiques.

Par conséquent, l’exercice physique peut non seulement aider à traiter l’anxiété, mais aussi la prévenir chez les personnes souffrant d’autres affections.

Conclusion

En résumé, l’exercice physique a des effets thérapeutiques sur la dépression et l’anxiété. Mener une vie active et saine est bénéfique non seulement pour la santé physique, mais aussi pour la santé mentale. Cependant, il ne faut pas oublier que les troubles mentaux doivent être diagnostiqués et évalués par un spécialiste.

 
  • De Lima, C., de Lira, C. A. B., Arida, R. M., Andersen, M. L., Matos, G., Guilhoto, L. M. D. F. F., … y Vancini, R. L. (2013). Association between leisure time, physical activity, and mood disorder levels in individuals with epilepsy. Epilepsy & Behavior, 28(1), 47-51.
  • González, I., Gómez, N., Ortiz, R., & Ibarra, V. (2018, December). Ejercicio físico como tratamiento adyuvante de los trastornos mentales. Una revisión narrativa. In Anales de la Facultad de Ciencias Médicas (Vol. 51, No. 3, pp. 27-32).
  • McMahon, E. M., Corcoran, P., O’Regan, G., Keeley, H., Cannon, M., Carli, V., … y Balazs, J. (2017). Physical activity in European adolescents and associations with anxiety, depression and well-being. European Child & Adolescent Psychiatry, 26(1), 111-122.