Quelles sont les blessures les plus courantes lors d'un marathon ?

Quelles sont les blessures les plus courantes lors d'un marathon ?

Dernière mise à jour : 02 mai, 2021

En raison de ce qu’implique participer à une course comme celle-ci, nous avons besoin des doigts des deux mains pour compter les blessures les plus courantes lors d’un marathon. Gardez à l’esprit que nous nous référons à une course de 42 kilomètres, sans compter tous les efforts et les jours d’entraînement préalables.

Nous énumérerons ci-après les blessures les plus courantes lorsqu’une personne soumet son corps à un tel sacrifice. Il s’agit d’un effort que le corps humain est plus que capable de soutenir. Cela peut néanmoins conduire à certaines pathologies justement à cause de ce que nous disions : il ne s’agit pas seulement de courir le marathon. Il convient également de s’entraîner préalablement pour cela.

Blessures musculaires typiques lors d’un marathon

Comme de nombreuses blessures surviennent fréquemment, commençons par regrouper la première catégorie dans ce groupe. Dans ce contexte, nous entendons par blessures musculaires :

  • Surcharges. Des surcharges peuvent apparaître lorsqu’un muscle se fatigue trop et n’est pas capable de faire face à l’effort que nous lui demandons. Ces gênes nous obligeront à arrêter l’effort, à traiter la pathologie et à nous reposer.
  • Contractures. Nous pouvons altérer le cycle de contraction-relaxation en poussant un muscle à sa limite. Nous appelons contracture le fait qu’un muscle se contracte involontairement et pathologiquement. De sorte que nous devrons résoudre la pathologie et recevoir un traitement pour éviter sa réapparition.
  • Courbatures. Même si nous sommes bien préparés, des micro-déchirures peuvent toujours apparaître, donnant lieu à des courbatures lors des courses de longue distance. Il faut tenir compte du fait que, tout au long d’un marathon, nous faisons des dizaines de milliers de pas.
  • Déchirures musculaires. Le degré le plus grave après les courbatures sont les déchirures. Dans ce cas, le muscle cède. Et au lieu de micro déchirures, de plus gros groupes de fibres se cassent. De sorte qu’il y a discontinuité dans une plus ou moins grande partie du muscle, générant une impuissance fonctionnelle et des douleurs notables.
blessures les plus courantes lors d’un marathon

Autres blessures courantes lors d’un marathon

Les affections musculaires sont généralement celles qui apparaissent le plus souvent. Il en existe aussi d’autres dont nous pouvons souffrir lors d’un marathon. Voici quelques-unes d’entre elles :

Tendinite

La tendinite, autre blessure résultant d’une excès d’activité, est une pathologie des tissus mous très fréquente chez les coureurs de fond. Le tendon est la structure qui relie le muscle à l’os. Par conséquent, le tendon se tend chaque fois qu’il y a une contraction musculaire.

Comme nous le disions, ce processus se répète plus de 40 000 fois lors d’un marathon, ce qui peut entraîner des blessures de ce type. En résumé, la tendinite consiste en la rupture de petits faisceaux fibreux du tendon en question.

Périostite

Comme toute pathologie se terminant par une -ite, il s’agit d’une inflammation. Dans le cas de la périoste, du tissu qui recouvre les os. Une publication du Spanish Journal of Podiatry explique que la périoste du tibia est particulièrement sensible lorsque nous le soumettons à de lourdes charges de travail car il subit des microtraumatismes chaque fois qu’il y a un impact contre le sol.

Répété des milliers et des milliers de fois, cela peut finir par être nocif. Par conséquent, la périostite est l’une des blessures les plus courantes lors d’un marathon.

Fasciste plantaire

Il est très courant que la fascia plantaire en souffre. Le fascia est un tissu qui va du talon à la base des orteils. Elle contribue à la stabilité et à la répartition des forces pendant la marche.

Encore une fois, nous pouvons l’endommager si nous demandons sa fonction au-delà de sa capacité. Nous remarquerons dans ce cas des pointes dans la plante du pied à chaque pas que nous ferons. Il s’agit donc d’une pathologie vraiment limitante, comme l’indique un article du Pinar del Río Journal of Medical Sciences.

Les entorses, une autre des blessures courantes lors d’un marathon

Les ligaments sont d’autres tissus mous susceptibles de se blesser lorsque nous les soumettons à de lourdes charges de travail. Leur fonction est de donner de la stabilité aux articulations et de ne pas permettre aux os qui les composent de faire des mouvements contre nature. Autrement dit, ils limitent l’amplitude de mouvement dont elles disposent.

blessures les plus courantes lors d’un marathon

Les ligaments peuvent se fatiguer et ne pas bien faire leur travail lorsqu’ils fonctionnent depuis longtemps. Disons qu’ils se fatiguent et que leur vitesse de réaction n’est pas la même. Par conséquent, il n’est pas rare qu’un petit faux pas ou une entorse de la cheville se transforme en entorse lors d’un marathon.

Méfiez-vous également des coups de chaleur

Pour conclure, il convient de mentionner que le coup de chaleur est également l’une des blessures les plus courantes dans un marathon. Bien qu’il ne s’agisse pas de quelque chose de strictement physique, c’est un autre problème auquel nous devons faire face. Ils se manifestent notamment dans les pays chauds comme l’Espagne, et surtout si la course a lieu vers midi ou en début d’après-midi.

Pour éviter cela, il est essentiel de bien s’hydrater et de porter un chapeau pour se protéger du soleil. Des vertiges, des crampes, l’incapacité de continuer à courir apparaîtront sinon, pouvant même conduire à des évanouissements en pleine rue, avec le danger que cela comporte.


Cela pourrait vous intéresser ...
Les meilleurs marathons du monde
Fit People
Lisez-le dans Fit People
Les meilleurs marathons du monde

Vous êtes intéressé pour participer à un marathon ? Le choix est large ! Découvrez les meilleurs marathons du monde et leur histoire.



  • N. Padrós, C. Vicente, R. Ainnad et al. Periostitis tibial. Revista Española de Podología, Vol. 23, Nº 2, 2012, págs. 62-66
  • D. Artidiello, D. Hernández, H. Aguilar Artidiello et al. Fascitis plantar. Revista de Ciencias Médicas de Pinar del Río, Vol. 19, Nº 2, 2015, págs. 206-213
  • A. Diliz. Incidencia de lesiones en corredores de resistencia. Maratonianos vs ultramaratonianos. Tesis para la Universidad Alfonso X el Sabio, 2017