L'importance de la nutrition pour les alpinistes

28 juillet, 2020
L'effort physique intense, les basses températures et la réduction de la quantité d'oxygène ambiant de l'athlète, ajoutés au fait de marcher dans le plan presque vertical des pistes, au poids du sac à dos et à l'hypoxie ont tendance à susciter une augmentation des dépenses caloriques

L’alpinisme est un sport qui nécessite un entraînement spécial de la part de ceux qui le pratiquent. Les besoins en énergie et en eau en altitude dépassent ceux de toute autre activité sportive. En ce qui concerne l’alpinisme, il est essentiel de savoir quelle est la bonne nutrition pour les alpinistes.

La montagne, un cadre particulièrement exigeant

Les conditions de la montagne sont différentes de celles de la vie normale des gens qui vivent dans la plaine. Les basses températures, la pression atmosphérique inférieure, la faible humidité, le peu d’oxygène dans l’air altèrent la physiologie de ceux qui pratiquent l’alpinisme.

Dans toute activité sportive, les besoins énergétiques du corps augmentent. Mais cette augmentation se trouve particulièrement marquée lorsqu’il s’agit de sports de montagne. Par conséquent, en plus d’un entraînement physique spécifique, ces sports nécessitent un programme de nutrition pour les alpinistes.

Les chiffres parlent d’eux-mêmes. Un alpiniste consomme entre six cent et mille cent kilocalories par heure, près de quatre fois ce dont un cycliste a besoin sur un terrain plat, par exemple.

La nutrition pour les alpinistes doit se faire avant et pendant l'effort.

Ces consommations influencent le niveau physique et technique de l’athlète, son poids et sa résistance aux facteurs environnementaux du moment. Mais les données sont intéressantes pour comprendre les conséquences d’une nutrition inadéquate. Si vous n’avez pas de réserves, l’organisme consommera ses propres graisses. Et s’il n’y a pas de graisse, le corps perdra sa masse musculaire.

Clefs de la nutrition pour les alpinistes

L’entraînement et la nutrition sont les deux faces d’une même médaille ; les deux aspects constituent l’entraînement physique de l’alpiniste. Ces deux aspects sont essentiels et doivent être traités avec la même importance.

Il ne suffit pas que l’athlète de montagne passe plusieurs heures par jour à préparer son corps avec des exercices. Ces routines représentent la moitié de l’entraînement physique global. L’autre moitié est accomplie par la mise en œuvre d’un plan nutritionnel spécifique pour les alpinistes.

Quels sont les aspects essentiels de l’alimentation pour développer les sports de montagne ? Voici les directives que tout bon athlète qui fait de la randonnée, des sports de montagne, etc. devrait prendre en compte :

Hydratation

Le corps doit rester hydraté. S’habituer à boire beaucoup de liquides tout au long de la journée fournira l’eau nécessaire. Avant de commencer l’activité, pendant et après, l’eau est un besoin fondamental qui doit être satisfait.

Il s’agit d’une exigence importante même durant l’entraînement. L’eau étant pauvre en sels, il faudra utiliser des minéraux de réhydratation .

Les boissons isotoniques peuvent aider. Ce sont des préparations qui favorisent l’hydratation et le remplacement des électrolytes qui se perdent avec l’effort. Ces boissons ont une grande capacité de réhydratation ; il est conseillé de les consommer pendant l’activité.

L'hydratation fait aussi partie de la nutrition pour les alpinistes.

Pour faire un bon itinéraire de randonnée, nous devons planifier à la fois l’itinéraire et les vêtements appropriés.

Les glucides dans la nutrition pour les alpinistes

Dans les sports de montagne, les dépenses caloriques augmentent considérablement. Par conséquent, il est essentiel de conserver les «dépôts» de glycogène disponibles.

La plus grande contribution du glycogène à l’organisme provient des glucides. Un plan de nutrition pour les alpinistes devrait mettre l’accent sur la consommation d’aliments qui fournissent au corps des glucides.

Pour optimiser le stockage des glucides, ils doivent être consommés avant, pendant et après l’activité physique. Donc, si l’athlète vit une routine d’entraînement exigeante, son alimentation régulière comprendra ces nutriments.

Pendant l’activité sportive

En règle générale, l’apport calorique de ces athlètes devrait se situer entre trois mille cinq cent et cinq mille calories, selon les conditions de la montagne.

Un régime hypercalorique avec une bonne présence de glucides et de lipides et peu de protéines est envisageable. Les spécialistes suggèrent 60 % de glucides, 30 % de lipides et 10% de protéines . Ces proportions diminuent la consommation d’oxygène pour la transformation des aliments en énergie.

Cette contribution de nutriments supplémentaires est nécessaire chez les athlètes en raison de l’hypoxie des montagnes. Les chocolats, le pain aux figues, les craquelins et les bonbons sont des aliments concentrés qui pèsent peu et donnent beaucoup.

La diversité des sports de montagne détermine les variations des besoins alimentaires. Mais peut importe l’activité développée, il faut prendre la nutrition des alpinistes au sérieux. Sinon, l’entraînement physique et tous les efforts qui seront faits seront sans effets. L’organisme n’y résistera pas.