L'influence de la télévision sur le sport

26 août, 2020
Les contrats de plusieurs milliards de dollars et des transactions exorbitantes font la une des médias sportifs. Quelle est l'influence de la télévision sur le sport ?

Aujourd’hui, il est probable que nous ayons tous un certain degré de conscience de l’impact des médias sur la société. L’univers du sport est loin d’être une exception et, année après année, on observe l’influence croissante des réseaux sociaux et de la télévision sur toutes les disciplines.

Lorsque nous parlons de la pénétration de ces médias, nous ne faisons pas seulement référence à la diffusion accélérée des compétitions et des nouvelles sportives, mais aussi à la vie personnelle et professionnelle du sportif, à ses objectifs et aux projections concernant sa carrière.

Il suffit de regarder une émission de télévision ou un site web pour se rendre compte du très haut degré d’exposition auquel sont soumis les différents sportifs. Surtout dans des disciplines telles que le football ou la boxe, où les professionnels deviennent des célébrités.

La télévision dans le sport a démocratisé son accessibilité

Il est également clair que l’impact de la télévision sur le sport n’a pas seulement été négatif. Bien au contraire, la popularisation de l’accès à cette technologie a permis à des millions de personnes d’assister pour la première fois à un spectacle sportif, même en étant à l’autre bout du monde…

Plusieurs années plus tard, un phénomène similaire – mais beaucoup plus radical – a pris son envol avec la mondialisation de l’accès à Internet. La relation du spectateur ou du fan avec le sport allait ensuite changer à jamais avec la création des réseaux sociaux.

Pour la première fois dans l’histoire, il est possible pour une personne, depuis n’importe quel point de la planète, de participer et d’interagir en temps réel avec d’autres utilisateurs et entreprises. Les émissions sportives ne consistent plus en un émetteur actif relatant un événement à un récepteur passif.

Aujourd’hui, grâce aux réseaux sociaux et aux plateformes en ligne, cette relation est beaucoup plus horizontale. Lorsqu’un événement se produit et est diffusé en direct, les téléspectateurs peuvent le commenter librement, échanger des opinions et même critiquer la diffusion officielle.

Démocratiser pour promouvoir le sport sans barrières

La démocratisation entraînée par la pénétration des médias et de la télévision numériques dans le sport va au-delà de l’accompagnement des émissions en direct et interactives. Il s’agit de permettre à des milliers de jeunes d’avoir un contact avec des modalités sportives qui ne sont pas forcément répandues dans leur ville.

Démocratiser le sport, c’est le rendre accessible à toute la population. En tant que puissants véhicules de diffusion, la télévision et Internet peuvent aider à surmonter les barrières sociales, géographiques et socio-économiques qui séparent le sport de sa véritable démocratisation.

Une sportive sur les réseaux sociaux.

L’objectif serait d’encourager la création des bases nécessaires pour que tous les citoyens aient la possibilité de pratiquer des activités physiques. De même, les jeunes doivent pouvoir se consacrer professionnellement au sport, en bénéficiant le soutien de leur État dans leur formation.

Ce même pouvoir et cette même portée sont très utiles pour promouvoir l’examen officiel des plaintes dans le domaine du sport. À cet égard, les exemples de cas de corruption qui ont été mis au jour grâce à l’intervention des médias ne manquent pas.

La télévision dans le sport : quand devient-elle dangereuse ?

Cependant, il est impossible d’ignorer que l’influence de la télévision sur le sport a également généré des effets dangereux. Principalement si nous nous concentrons sur le harcèlement exagéré des médias et l’incorporation du sport dans le soi-disant “journalisme de divertissement”.

Nous ne parlons pas seulement des scandales dans la vie personnelle des sportifs, qui contribuent peu au développement du sport. Cela comprend également les paramètres de réussite et de dépassement qui peuvent avoir des conséquences brutales sur la santé physique et psychologique de toute personne.

Nous pouvons tous être affectés physiquement et émotionnellement par l’imposition de normes sur nos vies et nos corps. De fait, la télévision et les médias numériques tentent toujours de nous motiver à poursuivre des idéaux d’esthétique, de famille, de bonheur, d’épanouissement professionnel et sentimental, entre autres.

Le principal problème est que, pour beaucoup d’entre nous, ces normes sont inatteignables. Essayer de les atteindre “à tout prix” peut conduire notre corps et notre esprit à un effondrement, sans une once d’exagération.

Prenons soin des sportifs et de nous tous

Il en va de même pour les sportifs, qui pratiquent des activités très exigeantes sur le plan physique et psychologique. Ils vivent également avec la pression quotidienne de savoir qu’ils sont “condamnés” à une courte carrière.

Des hommes regardant un match de football en buvant de la bière.

La différence, cependant, est que tout ce qui concerne leur vie prend une portée massive, grâce à l’influence de la télévision sur le sport. Les “échecs” des athlètes d’élite prennent une dimension internationale et leurs actions sont jugées par des millions de personnes.

Nous nous sentons tous en droit d’avoir notre mot à dire sur leur vie personnelle, simplement en lisant ou en écoutant un reportage. Lorsque nous parlons ainsi, il est clair que nous, les amateurs de sport, pouvons être cruels.

Bien entendu, une grande partie de cette responsabilité incombe aux clubs et aux organismes sportifs. Mais, nous aussi, en tant que passionnés de sport, permettons à chaque athlète de développer tout son potentiel sans être limité par la préméditation des médias.

  • Alvaro Cueva. El fútbol y la televisión. 2014. Extraído de: http://entretextos.leon.uia.mx/num/16/PDF/ENT16-7.pdf
  • Revista Latina de Comunicación Social. Los derechos audiovisuales del fútbol en España en la era digital. Extraído de: http://www.revistalatinacs.org/074paper/1338/RLCS-paper1338.pdf