Fit People
 

4 conseils pour contrôler vos nerfs

Presque tous les athlètes et entraîneurs s’intéressent aux conseils permettant de contrôler leurs nerfs. En effet, une activation excessive avant une compétition peut nuire aux performances sportives si l'individu ne sait pas comment la gérer.

4 conseils pour contrôler vos nerfs

Viimeisin päivitys: 11 janvier, 2021

Nous ne devons pas nécessairement considérer les nerfs avant une compétition comme quelque chose de nécessairement négatif. Il est normal que l’athlète se sente actif. Cela signifie que le sport a une valeur particulière pour lui. Le problème survient lorsque cette activation interfère négativement avec la performance, ou lorsqu’elle génère des doutes et des pensées négatives.

Il existe de nombreuses façons de contrôler les nerfs : méditation, relaxation, distraction, routines… et toutes tendent à bien fonctionner chez les sportifs. L’essentiel est de ne pas enseigner toutes les techniques comme s’il s’agissait d’un livre de recettes, mais d’évaluer, de bien connaître l’athlète et de lui apprendre celles qui lui conviennent le mieux.

Apprendre à contrôler le niveau d’activation est une tâche fondamentale pour tout athlète. Voici donc quelques conseils pour vous aider à contrôler vos nerfs.

Établir des routines pré-compétitives

L’incertitude et le fait de se retrouver dans une situation inconnue peuvent rendre n’importe qui nerveux. Ces facteurs ne peuvent parfois pas être contrôlés, mais cela ne signifie pas que rien ne peut être fait à leur sujet.

Les routines pré-compétitives sont un ensemble d’actions qui s’effectuent de manière automatisée à des moments clés. Leur objectif principal est d’attirer l’attention de l’athlète sur ce qui est pertinent avant la compétition. Elles peuvent également induire une sensation de calme et de contrôle, car cela fonctionne de la même manière qu’un rituel.

Autrement dit, effectuer systématiquement une série d’actions avant de concourir génère chez l’athlète le sentiment d’avoir la situation et ses réactions émotionnelles sous contrôle.

Une femme se concentre avant l'entraînement.

Pratiquez l’habitude de la méditation

La méditation est un outil puissant pour maintenir le bien-être psychologique. Sa puissance est telle que son utilisation dépasse le domaine du sport et s’applique à l’école, dans les entreprises et les hôpitaux.

Dans le cas du sport, la méditation est utile avant la compétition car elle aide l’athlète à se concentrer sur lui-même, ignorant ainsi les distracteurs potentiels . Ces distracteurs peuvent être extérieurs, comme le public, les conditions atmosphériques ou le comportement des rivaux ; ou interne, dans le cas de pensées négatives sur soi-même.

Un article rédigé par des professionnels de l’Université d’Almería affirme en effet que l’athlète formé à la méditation exécute les tâches avec plus de précision, est moins réactif aux interférences et profite davantage de ce qu’il a appris.

Apprenez à surveiller votre condition corporelle

Les nerfs avant la compétition se manifestent par une série de symptômes physiques et psychologiques qui génèrent mal-être et inquiétude. Par conséquent, apprendre à les détecter tôt est essentiel pour les contrôler avant qu’ils ne deviennent un problème plus important.

Les nerfs se manifestent de plusieurs manières. Nous pouvons dire que chaque athlète les ressent à sa manière. Il existe toutefois un certain nombre de symptômes très courants auxquels il convient de prêter attention :

  • Augmentation de la fréquence cardiaque et de la fréquence respiratoire.
  • Une sensation de nœud dans l’estomac.
  • Tension musculaire et sensation de raideur dans les articulations.
  • Transpiration excessive sur la paume des mains.

Une fois ces réactions détectées, il est important de passer au niveau suivant et de mettre en œuvre les ressources pour atteindre un état de calme. Il ne suffit par ailleurs pas de regarder ce qui se passe dans le corps. Il est également nécessaire d’identifier les situations dans lesquelles l’athlète est le plus susceptible de se sentir nerveux.

Entraînez-vous à l’auto-instruction pour contrôler vos nerfs

Comment contrôler vos nerfs.

Les mots ont un grand impact sur le comportement de l’athlète. L’attention n’est souvent portée que sur les mots que l’entraîneur consacre à l’athlète. Néanmoins, ce que l’athlète se dit à lui-même peut également avoir un impact sur la performance.

Les verbalisations qu’un athlète se dit lui-même et qui ont un impact sur l’exécution d’une tâche sont appelées auto-instructions. Utiliser une auto-instruction positive avant la course est efficace pour lutter contre les nerfs et renforcer la confiance.

Un exemple pour comprendre comment des auto-instructions positives peuvent être appliquées serait que la personne prononce de courtes phrases telles que « je vais faire de mon mieux » ou « je suis prêt à affronter cette compétition ». Bien qu’elles semblent très simples, elles peuvent provoquer un grand changement d’attitude si nous les répétons suffisamment à des moments clés.

Faites de ces conseils pour contrôler les nerfs votre meilleur guide

Les nerfs peuvent se manifester de manière inattendue dans de nombreuses situations et jouer des tours à la personne. Ce n’est toutefois pas une raison d’avoir peur. Il convient plutôt d’être en alerte et prêt à y faire face le plus rapidement possible.

Il existe de nombreuses techniques pour contrôler efficacement les nerfs. Cela ne signifie cependant pas que l’athlète doit tout apprendre, seulement celles qui correspondent le mieux à sa façon d’être. Chaque athlète est unique. Ce qui fonctionne pour l’un peut ne pas l’être pour un autre.

De sorte que chaque athlète doit être traité individuellement. Cela implique bien sûr de lui fournir un entraînement physique et mental adapté à ses caractéristiques personnelles.

L’exercice physique pour lutter contre la dépression et l’anxiété

L’exercice physique pour lutter contre la dépression et l’anxiété

La dépression et l'anxiété comptent parmi les plus importants fléaux du XXIe siècle. Pourtant, le sport peut aider à les atténuer.



  • Mañas, I., Águila, J., Franco, C., Montoya, M., y Gil, C. (2011). Mindfulness en el contexto de la actividad física y el deporte: la aceptación de la experiencia como alternativa al control. Actividad física y deporte adaptado, 2, 149-158.
  • Minici, A., Rivadeneira, C., y Dahab, J. (2008). Entrenamiento en autoinstrucciones. Revista de Terapia Cognitivo-conductual. Recuperado de http://cetecic.com.ar/revista/pdf/entrenamiento-en-autoinstrucciones.pdf, 1-5.