Que faire si nous soupçonnons une commotion cérébrale pendant le sport ?

17 décembre, 2019
La commotion est une modification résultant d'un traumatisme que l'on observe habituellement dans certains sports très intenses. Aussi, il est essentiel de commencer votre traitement dans les plus brefs délais.
 

On peut la voir dans le football américain, ou même dans des sports de divertissement tels que la lutte. Lorsqu’il y a une possibilité de commotion dans cette zone, on active les alarmes. La conséquence est que l’athlète qui la subit court le risque de tomber dans une inactivité temporaire.

Le problème est que les symptômes ressentis lors de ces événements sont très généraux. En cas de doute, une longue période de contrôles médicaux et de repos est ouverte pour surveiller la santé de l’athlète. Ce problème peut même générer des complications juridiques dans certaines disciplines.

Qu’est-ce qu’une commotion cérébrale ?

La commotion est un état de santé qui implique une altération de la fonction cérébrale due à un traumatisme. La perte de connaissance temporaire en est l’un des symptômes. Pourtant, dans de nombreux cas, cela ne se produit pas. Pour cette raison, le contrôle médical est essentiel.

Un coup à la tête génère généralement ce type d’incident. Cependant, des contacts forts sur le visage, le cou ou le front peuvent également causer cette affection. Cet état peut même se produire si le traumatisme survient dans une autre zone du corps et génère une impulsion ou une force vers la tête.

De même, on appelle ces éventualités lésions cérébrales légères. Au niveau sportif, ce type d’épisodes peut se produire avec une grande régularité. Par exemple, aux États-Unis, on recense environ 300 000 ecchymoses chaque année. Le problème est que beaucoup d’athlètes ne les signalent pas par peur de perdre des opportunités sur leur plan sportif.

 

Symptômes récurrents

Toute commotion cérébrale s’accompagne souvent d’une série de symptômes. Tout d’abord, il faut vérifier la réaction immédiate au coup. Il peut y avoir une perte de conscience et un évanouissement, ainsi que des anomalies temporaires de la vision.

Commotion cérébrale pendant le sport

D’autre part, l’amnésie temporaire est un autre des symptômes qui se manifeste chez certains patients. Tout type d’altération mentale peut également apparaître. Ceux qui doivent aider la personne touchée doivent faire attention à toutes sortes de réactions inhabituelles.

Presque tous ces symptômes ont tendance à disparaître entre 48 et 72 heures après l’accident vasculaire cérébral. Dans le pire des cas, ceux-ci ont une durée maximale de deux semaines. En revanche, la problématique de ces événements réside dans les éventuels effets à long terme sur l’athlète.

Que faire au début ?

Confronté à une éventuelle commotion en pleine partie, le joueur doit cesser ses activités physiques. En réalité, il n’y a parfois aucun symptôme et les gens continuent à faire du sport. Aussi, quand il y a des soupçons, il est préférable de se reposer.

 

Dans le même temps, on doit apporter une attention médicale au joueur. Un ambulancier peut voir des signes d’une commotion cérébrale possible. Plus tard, il sera nécessaire d’effectuer les tests médicaux rigoureux.

Dans la plupart des sports, les commotions cérébrales ne créent pas d’obstacle. Bien sûr, tout dépendra du niveau de contact de la discipline, de la gravité et de l’âge de l’athlète.

Le neurologue est le spécialiste indiqué pour effectuer ce type de diagnostic. Donc, pour vérifier l’état du cerveau, on effectue une tomographie par ordinateur et une résonance magnétique nucléaire.

Le temps de récupération

Dans le cas de ce type d’événement, la récupération est extrêmement importante. Pendant ce temps, l’athlète doit effectuer le moins d’activité physique possible.

L’effort physique et toutes sortes de travaux intellectuels sont considérablement réduits. Habituellement, le patient reçoit un bilan détaillé de son médecin.

Le temps de repos minimum pour cette maladie est de deux à quatre semaines. En outre, le véritable danger apparaît lorsqu’un sportif subit un autre traumatisme sans avoir récupéré d’un traumatisme antérieur. En ce sens, on pense qu’un athlète augmente de deux à quatre fois la probabilité d’acquérir une autre contusion après avoir reçu la première.

Commotion cérébrale pendant le sport
 

Bien que la commotion ne soit généralement pas un motif de retrait, elle modifie souvent la dynamique de l’athlète. Au fil du temps, des lésions cérébrales peuvent apparaître en raison d’un traumatisme moins grave. Ainsi, les contusions multiples du cerveau peuvent causer des problèmes à long terme.

Ce dommage est connu sous le nom d’encéphalopathie traumatique chronique. Ceux qui en souffrent présentent généralement des symptômes similaires à la démence, tels que des défaillances de la mémoire et des problèmes de perception de la réalité.

Enfin, pour tout ce qui précède, vous devez être très prudent avec les coups à la tête. La commotion cérébrale n’est pas juste une autre blessure. De plus, elle mérite d’être considérée comme telle afin d’éviter des complications majeures.

 
  • Carlos A. Liotta. 2011. Conmoción cerebral en el deporte. Extraído de: http://www.mapfre.com/fundacion/html/revistas/trauma/v22n2/pdf/02_06.pdf
  • Center for Disease Control and Prevention. Conmoción cerebral en deportistas jóvenes. Extraído de: https://www.cdc.gov/headsup/pdfs/highschoolsports/Middle_School_Sports_Athletes_FS_SPANISH_v2_508.pdf