Des clés nutritionnelles pour s'améliorer en triathlon

Il ne suffit pas de s'entraîner pour pouvoir s'améliorer en triathlon, il faut aussi maintenir un régime alimentaire suivant des clés nutritionnelles spécifiques qui vous permettront d'atteindre vos objectifs.

Dernière mise à jour : 03 août, 2020

La participation à un triathlon est l’une des expériences les plus exigeantes qu’un athlète puisse vivre. N’importe qui, quelle que soit sa capacité physique, n’a pas simplement la capacité de participer à ces compétitions ensemble : il doit nager, pédaler et courir jusqu’à ce qu’il atteigne la ligne d’arrivée. Découvrez quelques clés nutritionnelles pour le triathlon !

Bien plus qu’une alimentation équilibrée

Il est impossible de maintenir une vie pleine en bonne santé si nous ne respectons pas la qualité des aliments que nous consommons. Bien-sûr, vous pouvez contourner certaines règles et «vous faire plaisir». Cependant, c’est un luxe que les compétiteurs de triathlon ne peuvent pas se permettre ; du moins, peu souvent.

La même rigueur qui s’applique à la planification et au respect de l’entraînement doit être suivie avec l’alimentation. La liste des ingrédients, ainsi que chacun des repas à consommer chaque semaine, doivent être définis à l’avance.

Glucides : plus importants que jamais

Les glucides constituent la base du menu de ces compétiteurs. Ils sont le carburant nécessaire au corps. Sans eux, le corps n’aura pas assez d’énergie pour fonctionner.

Se préparer à ces compétitions et en même temps suivre un régime qui vise à perdre du poids n’a pas beaucoup de sens. La plupart des programmes conçus pour diminuer le chiffre affiché par la balance restreignent certains éléments ; par exemple les glucides.

L’homme ne vit pas de pâtes uniquement

Pendant longtemps, on a pensé que la clé nutritionnelle la plus importante pour les triathlètes était de suivre un régime avec des pâtes comme ingrédient principal.

Certains supposés spécialistes ont recommandé de manger des pâtes au petit déjeuner, déjeuner et dîner, les jours avant une compétition. Mais il existe d’autres sources de glucides, qui fournissent en outre des éléments importants.

La liste des aliments comprend du riz, des pommes de terre cuites avec leur peau et du maïs naturel. Quelques légumineuses comme le soja, les lentilles et les pois chiches ; ce sont des éléments qui comprennent également des fibres, des protéines, des vitamines et des minéraux.

Protéines et minéraux

Bien que les glucides soient essentiels au menu, le régime d’un compétiteur de triathlon ne peut pas manquer d’autres nutriments nécessaires. Des protéines de qualité sont vitales.

Pour une alimentation équilibrée, les viandes sont d’autres aliments qui devraient figurer parmi les ingrédients. Ils fournissent également des minéraux tels que le fer, nécessaires pour éviter les déséquilibres susceptibles de provoquer une anémie.

Les aliments riches en vitamines B tels que les sardines et le saumon, ainsi que les légumineuses, les jaunes d’œufs et les abats doivent être pris en considération. Ils conviennent en effet pour favoriser le métabolisme des glucides et des protéines ; mais aussi pour faciliter la formation de globules rouges et d’acide folique.

Friandises “naturelles”

Avec un programme d’entraînement aussi exigeant, il est naturel d’avoir très faim. Pour éviter de tomber dans la monotonie, un bon plan est d’avoir des noix sous la main. Elles sont riches en graisses saines, en calcium et en vitamines B. Les noix fournissent également des vitamines A, C et E, qui sont nécessaires pour compenser l’oxydation.

De l’eau, beaucoup d’eau

Lors de la préparation d’une liste des clés nutritionnelles pour s’améliorer en triathlon, une hydratation correcte est l’un des facteurs les plus importants.

La perte de fluides par la transpiration lors de ces compétitions, ainsi que lors de vos entraînements précédents, atteint des niveaux particulièrement élevés. Il est impératif d’avoir une bonne hydratation avant, pendant et après l’effort.

Pour bien s’hydrater, il est également important de consommer des aliments avec un pourcentage d’eau élevé. Cette liste comprend le concombre, l’orange et la tomate, ainsi que la pastèque et le melon, fruits qui peuvent également être consommés comme collations entre les repas.

Clés nutritionnelles pour les compétitions avant et après

Le jour de la compétition, vous devez prendre le petit déjeuner deux heures avant le départ de la course. Il doit comprendre des aliments riches en glucides, être modéré en protéines et pauvre en fibres.

Le petit déjeuner n’est pas le moment d’expérimenter ; vous devez consommer des aliments connus pour éviter les problèmes digestifs, qui pourraient ruiner toute la préparation précédente.

D’un autre côté, la compétition après ou pendant un jeûne est une idée à complètement éviter. Le corps peut manquer de carburant à mi-chemin (ou plus tôt), avec des résultats catastrophiques.

L’alimentation après compétition est également essentielle. Pour ceux qui ne tolèrent pas les aliments solides dès la fin de l’exercice, l’eau de coco est un excellent allié. Une fois que le corps retrouve son calme, c’est le bon moment pour vous récompenser avec des friandises, de préférence naturelles.

Cela pourrait vous intéresser ...
Fit PeopleRead it in Fit People
4 bienfaits du running pour la santé

Les bienfaits du running sont loués par la communauté médicale depuis de nombreuses années... Quels sont-ils ? Ce sport a-t-il un impact psychologique ?