Le trouble du mangeur compulsif : qu'est-ce que c'est ?

02 novembre, 2020
Les fringales compulsives peuvent cacher diverses formes de troubles alimentaires. Sachez quels sont les symptômes à surveiller pour les identifier.

L’hyperphagie boulimique, ou trouble du mangeur compulsif fait partie des troubles alimentaires. C’est une pathologie psychologique due à un dysfonctionnement des mécanismes qui régulent l’appétit et la satiété. Comment peut-elle affecter la vie quotidienne de ceux qui en souffrent ?

Ce problème amène l’individu à consommer de la nourriture sans limite rationnelle ou logique, une frénésie alimentaire qui met sa santé en danger.

Dans le spectre de cette maladie, il est possible de trouver des personnes qui ont tendance à manger tout type de produit sans mesure ou qui ont une prédilection particulière pour les sucreries. Dans tous les cas, la composition du corps est sensiblement modifiée.

Un trouble du comportement alimentaire

Selon les recherches publiées dans la revue Child and Adolescent Psychiatric Clinics of North America, la prévalence des troubles de l’alimentation a augmenté ces dernières années. Parmi eux, on trouve le trouble de la frénésie alimentaire, ou trouble du mangeur compulsif. Il semble avoir une forte composante hormonale et métabolique derrière lui.

La satiété est un mécanisme régulé par les récepteurs de distension de l’estomac. Mais aussi par une série d’hormones qui réagissent aux changements de la glycémie. Parmi eux, le neuropeptide Y se distingue. Lorsque la sécrétion de cette substance est stimulée – ce qui se produit dans l’hypothalamus – l’appétit augmente, comme l’indique une étude publiée dans Bioessays.

Normalement, la synthèse de ce peptide est régulée de manière très précise. Cependant, des inefficacités dans le mécanisme de régulation peuvent se produire? Cela entraîne l’apparition de troubles tels que le trouble du mangeur compulsif.

Symptômes du trouble de l’hyperphagie boulimique

Afin d’identifier cette pathologie, il est nécessaire de voir s’il existe une certaine symptomatologie associée. Normalement, les personnes qui souffrent de la maladie ont tendance à présenter un souci excessif pour la nourriture, ainsi qu’une plus grande tendance à la dépression et à la solitude.

Une femme mangeant une pizza aux toilettes.

 

En même temps, elles sont souvent en surpoids ou obèses. La suralimentation détermine la composition du corps et augmente la tendance à accumuler de la graisse.

De plus, les patients atteints de la maladie présentent généralement des problèmes digestifs, tels que diarrhée, douleurs abdominales, gaz, entre autres. Pour identifier et diagnostiquer le trouble de la frénésie alimentaire, il peut être utile de prendre en compte les critères suivants :

  • La frénésie alimentaire se produit deux fois ou plus par semaine pendant au moins six mois.
  • Pendant la frénésie, le contrôle de la nourriture est perdu.
  • La nourriture est consommée même s’il n’y a pas de sensation d’appétit.
  • La consommation n’est pas arrêtée tant qu’une sensation de malaise à l’estomac n’est pas ressentie.
  • La pratique se fait généralement seul.
  • Il y a un sentiment de culpabilité par la suite.

Solutions possibles

Les troubles de l’alimentation ont un meilleur pronostic s’ils sont diagnostiqués à un stade précoce. Une équipe multidisciplinaire est nécessaire pour traiter le problème, comprenant un nutritionniste, un psychologue et un psychiatre, car un traitement pharmacologique est parfois nécessaire.

Le rôle du nutritionniste est de créer un plan diététique qui stimule la sensation de satiété et couvre les besoins en énergie et en nutriments du sujet. Il existe différentes stratégies pour cela, comme l’augmentation de la consommation de fibres.

Bien que cela puisse paraître contradictoire, le jeûne intermittent est aussi une solution. Ce protocole provoque des changements bénéfiques au niveau hormonal. Ils peuvent aider à réguler la glycémie et la sensation de satiété.

Un homme mangeant de la malbouffe dans son lit.

Le trouble du mangeur compulsif doit être traité précocement

D’après ce qui a été dit, le trouble du mangeur compulsif est inclus dans les pathologies associées au comportement alimentaire. Sa prévalence est en augmentation parmi la population jeune.

Ce problème est souvent motivé par un déséquilibre hormonal ou homéostatique. Il peut également présenter une composante comportementale déterminante. Dans tous les cas, il est nécessaire de composer une équipe multidisciplinaire pour son traitement. Il faut également rechercher son diagnostic précoce.

Si une personne de votre environnement répond à l’un des critères que nous avons proposés, il peut être nécessaire de consulter un spécialiste pour évaluer si elle souffre de la maladie. N’oubliez pas qu’une éducation nutritionnelle adéquate dès les premiers stades de la vie réduit considérablement le risque de souffrir de ce type de maladie à l’adolescence ou à l’âge adulte.

Enfin, il est important de proposer une alimentation adéquate et saine, basée sur la consommation de produits frais et avec une quantité faible ou nulle de sucreries ou de produits ultra-traités nuisibles à la santé.

  • Saul JS., Rodgers RF., Adolescent eating disorder risk and the online world. Chil Adolesc Psychiatr Clin N Am, 2018. 27 (2): 221-228.
  • Nakamura K., Nakamura Y., Hunger and satiety signaling: modeling two hypothalamomedullary pathways for eneergy homeostasis. Bioessays, 2018.